Archives du mot-clé france

Carte nationale interactive des réseaux de chaleur et de froid – Edition 2014

2015-03-04 15_04_04-Carte nationale des contenus CO2 des réseaux de chaleur et de froid sur 2012 - u

La carte nationale interactive des réseaux de chaleur et de froid, basée sur la liste et les données de l’arrêté relatif au contenu CO2 des réseaux, a été mise à jour à partir du dernier arrêté (27 octobre 2014, basé sur l’enquête annuelle conduite en 2013, donc sur les bilans de fonctionnement des réseaux sur l’année 2012).

Cette carte représente les réseaux de chaleur et de froid recensés par l’arrêté, avec une localisation à la commune (objets ponctuels). Le contenu CO2 de chaque réseau, son type (chaleur/froid), son nom et sa commune principale de rattachement sont indiqués dans une infobulle. Lorsque le réseau est présent dans l’annuaire Via Sèva, un lien permet d’accéder à davantage de données.

En coulisses…

logo umapPour réaliser cette édition 2014, nous avons choisi d’utiliser le service Umap, en remplacement de Google Maps Engine qui était utilisé pour la précédente version. En plus d’être une solution open source, basée sur les fonds de carte collaboratifs du projet OpenStreetMap, Umap nous permet de vous proposer quelques fonctionnalités supplémentaires, telles que :

  • le téléchargement de l’intégralité des tables de données (format geojson, gpx ou kml), via le bouton « Exporter et partager la carte » situé dans le menu dérouable « Plus », à gauche
  • une couche par classe de contenu CO2, avec une couleur par classe et la possibilité d’afficher/masquer les couches de votre choix
  • un affichage amélioré (regroupement des points lorsqu’ils sont proches à l’écran, présentation des infobulles…)
  • la possibilité d’intégrer facilement une version personnalisée (zone géographique ciblée, couches activées…) sur votre propre site web (bouton « Exporter et partager la carte » puis configuration à l’aide du menu « Options d’export de l’iframe »)

Réseaux de chaleur : chronologie des principaux textes nationaux et européens

De la loi de 1980 sur l’utilisation de la chaleur au projet de loi pour la transition énergétique, en passant par les lois Grenelle et la directive européenne sur l’efficacité énergétique, voici un panorama des principaux textes structurant le développement des réseaux de chaleur en France depuis presque 35 ans :

Les réseaux de chaleur en France en 2012 – Panorama

Le SNCU a publié cet été les résultats de la dernière enquête nationale annuelle sur les réseaux de chaleur et de froid qu’il réalise chaque année pour le compte du service statistique du ministère du développement durable (enquête portant sur les bilans 2012, conduite en 2013).

On dénombre désormais 479 réseaux (dont 16 réseaux de froid), qui ont livré en 2012 la chaleur correspondant à 2 301 947 équivalents-logements (2 153 374 en 2011). La part des énergies renouvelables et de récupération continue de progresser, passant de 36% en 2011 à 38% en 2012.

https://i1.wp.com/reseaux-chaleur.cerema.fr/wp-content/uploads/140930_Fig4A1.jpeg
Bouquet énergétique des réseaux de chaleur en 2012

 

https://i1.wp.com/reseaux-chaleur.cerema.fr/wp-content/uploads/140930_Fig9-1.jpeg
Situation par région : nombre de réseaux recensés et part EnR&R moyenne

Assises de l’énergie – 27/29 janvier 2015 – Bordeaux

Organisées conjointement par la Communauté urbaine de Bordeaux, la Communauté urbaine de Dunkerque, la Communauté d’agglomération de Grenoble et l’ADEME, en collaboration avec Energy Cities, les Assises de l’énergie réunissent désormais sur 3 jours plus de 2 000 personnes. La 16ème édition aura lieu à Bordeaux les 27, 28 et 29 janvier 2015. Le public cible est composé d’élus, de responsables de collectivités locales, d’institutionnels, d’organismes privés et associatifs.

140729_logo_assises_energie_bordeaux

Appel à contribution

Que vous soyez élu, chercheur, technicien, financier, financeur, citoyen…, vous êtes un acteur incontournable de la transition énergétique ! C’est pourquoi, les organisateurs des Assises de l’énergie vous proposent de jouer un rôle privilégié dans cette 16e édition en mettant en valeur vos actions, en partageant les projets qui vous tiennent à cœur, en mettant en débat vos idées et les questions que vous vous posez.

Nouveauté 2015 – Le laboratoire de projet

C’est un nouvel espace d’expression qui vous permettra de consolider une idée et de rencontrer des partenaires potentiels.

ATTENTION – Ce format est réservé aux collectivités locales et aux petits porteurs de projets publics ou privés. Dans le formulaire de réponse à l’appel à contributions, vous devrez détailler le projet et vos questionnements.

Jusqu’au 26 septembre, faites part de vos suggestions sur le thème de « la transition énergétique : tous concernés, faisons-la ensemble ! »

Soumettez en ligne votre proposition aux organisateurs des Assises nationales de l’énergie.

Pour en savoir plus sur l’appel à contribution, vous pouvez cliquer sur le mode d’emploi des 16 es Assises nationales de l’énergie (document pdf).

(source)

Cartographies des réseaux de chaleur à l’échelle de villes, régions et pays : quelques exemples

heat map londres 2
Extrait de la « heat map » de Londres

L’accès libre aux données territorialisées concernant l’énergie est une condition nécessaire à la définition et à la mise en oeuvre de politiques d’aménagement énergétique des territoires cohérentes, qui prennent en compte la localisation des gisements, la situation des infrastructures existantes, la répartition spatiale des besoins.

Voici quelques exemples de cartographies réalisées sur différents échelons territoriaux, en France ou à l’étranger, accessibles librement par internet, et concernant les réseaux de chaleur.

Carte des chaufferies biomasse en Ile-de-France

L’ADEME Ile-de-France et l’ARENE recensent les chaufferies biomasse présentes en Ile-de-France et mettent à disposition du public une carte régionale téléchargeable, complétée par une carte interactive sous Google Maps. Ces cartes ne sont pas exhaustives, mais font l’objet de mises à jour régulières grâce aux informations collectées par l’ADEME et l’ARENE et aux compléments signalés par les utilisateurs.

Pour chaque chaufferie, une infobulle permet de savoir si c’est une chaufferie de réseau de chaleur, le type de bâtiments raccordés, le type de combustible, la puissance…

Carte des chaufferies bois en Ile-de-France

Plan du réseau de chaleur de Paris – CPCU

La Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain, détentrice du plus important réseau de chaleur de France, a mis en ligne en 2011 une carte interactive du réseau, représentant le tracé des canalisations (zoom possible jusqu’à l’échelle de la rue) ainsi que la localisation des installations de production de chaleur.

Plan du réseau CPCU

Plus éphémère et opérationnelle, une autre carte interactive indique les sections du réseau de la CPCU qui font actuellement l’objet de travaux.

Carte des réseaux de chaleur en Rhône-Alpes

Créé par l’agence Rhône-Alpes Energie Environnement, l’observatoire des réseaux de chaleur en Rhône-Alpes recense les réseaux implantés dans la région et indique pour chacun sa puissance, ses énergies sources et sa consommation. Chaque réseau est représenté par un point positionné sur la commune principale de rattachement du réseau.

observatoire rdc rhone alpes

Un moteur de recherche permet d’appliquer des filtres afin d’afficher uniquement certains types de réseaux, suivant les énergies utilisées, le mode de gestion ou les valeurs de consommation et de puissance de la chaufferie bois.

observatoire rdc rhone alpes moteur recherche

Enfin, l’ensemble des réseaux qui s’affichent sur la carte sont listés sont la carte, avec les données correspondantes. Ceci permet de facilement récupérer les données afin de les exploiter, les retravailler, etc.

Carte nationale des contenus CO2 des réseaux de chaleur et de froid en France

A ce jour, la seule donnée publique, officielle, librement réutilisable, et portant sur l’ensemble des réseaux de chaleur et de froid recensés en France, est le contenu CO2 : celui-ci est publié chaque année dans un arrêté.

A partir de cette donnée, le Pôle Réseaux de Chaleur du Cerema a réalisé une carte représentant chaque réseau par un point positionné sur la commune. Pour chaque point, une infobulle permet d’afficher la commune, le type de réseau (chaleur/froid) et le contenu CO2 de l’année 2011. En partenariat avec l’association Via Sèva qui édite l’annuaire des réseaux de chaleur, un lien vers la fiche du réseau dans l’annuaire est proposé, lorsque cette fiche existe.

carte france co2

National Heat Map – Angleterre

En Angleterre, une carte nationale de la chaleur a été réalisée par le Centre pour l’Energie Durable, pour le compte du Département de l’Energie et du Changement Climatique (équivalent de la DGEC française). L’objectif est d’apporter une aide à la planification et au déploiement des projets énergétiques décarbonés.

Publiée en 2012, la carte représente les besoins de chaleur dans le résidentiel, l’industrie et le commerce (avec possibilité d’afficher indépendamment les 3 secteurs). Sont également présentes les installations de cogénérations et les centrales thermiques de production d’électricité.

National Heat Map - Angleterre

La méthode de réalisation et les bases de données utilisées sont décrites sur la page About the national heat map. Le guide de l’utilisateur présente les fonctionnalités avancées : affichage de statistiques sur une zone définie par l’utilisateur, affichage de graphiques, affichage simultané de plusieurs cartes, etc.

Heat Map de Londres

Réalisée en 2010 en soutien d’un plan de développement des systèmes énergétiques locaux sur la ville de Londres, la carte de la chaleur londonienne représente, comme pour la carte nationale anglaise, les besoins de chaleur des bâtiments. Elle fait également apparaître les tracés des réseaux de chaleur existants, les tracés potentiels ainsi que les « zones d’opportunité ».

heat map londres

heat map londres 2

Suisse : outil cartographique pour identifier des potentiels de développement de réseaux de chaleur

cartographie suisse 3En Suisse, le Centre de Recherches Energétiques et Municipales (CREM), en partenariat avec plusieurs cantons, a développé un outil de cartographie interactive en ligne représentant les besoins de chaleur des bâtiments sur un maillage géométrique (carrés de 100m de côté) et sur un maillage administratif infra-urbain (zones du plan d’affectation cantonal, un peu comparables aux zones d’un PLU français).

En complément des données sur les besoins de chaleur, un travail a été réalisé afin de géolocaliser les potentiels de rejets thermiques, qui pourraient être récupérés par des réseaux de chaleur.

Au final, l’outil permettra donc d’identifier les zones favorables au développement de réseaux de chaleur reliant des points de rejets significatifs à des zones où la densité thermique est forte.

Cet outil et la méthodologie (bases de données mobilisées, hypothèses, etc.) sont présentées de façon détaillées dans cet article : Identifier et planifier des réseaux thermiques à l’aide d’un SIG (Géomatique Expert – Nov./Déc. 2013). L’outil cartographique en ligne n’est pas encore accessible.

cartographie suisse

cartographie suisse 2

Perspectives

La directive européenne relative à l’efficacité énergétique du 14 novembre 2012 impose à tous les Etats-membres de réaliser, avant fin 2015, une cartographie nationale de la chaleur et du froid :

[…] une carte du territoire national, indiquant, tout en préservant les informations sensibles d’un point de vue commercial:
i) les points de demande de chaleur et de froid, avec:
— les municipalités et les conurbations dont le coefficient d’occupation du sol est d’au moins 0,3, et
— les zones industrielles dans lesquelles la consommation totale annuelle de chaleur et de froid est supérieure à 20 GWh;
ii) les infrastructures existantes et prévues de production de réseaux de chaleur et de froid;
iii) les points d’approvisionnement potentiels en chaleur et en froid, avec:
— les installations de production d’électricité dont la production annuelle totale d’électricité est supérieure à 20 GWh, et
— les usines d’incinération de déchets,
— les installations de cogénération existantes et prévues, en ayant recours aux technologies visées à l’annexe I, partie II, et les installations de production de réseaux de chaleur;

Pour la France, ce travail est en cours, sous l’égide de la Direction Générale de l’Energie et du Climat du MEDDE.

Parallèlement, sur l’Ile-de-France, les services du ministère dans la région (DRIEE et DRIEA) travaillent dans la continuité de l’étude réalisée pour le SRCAE, afin de mettre à disposition du public des données relatives aux réseaux de chaleur.

Voir aussi…

Chaufferie bois à Maromme (Seine-Maritime)

Source :   www.enerzine.com

Depuis l’automne dernier, le réseau de chaleur urbain de Maromme (en Seine-Maritime) est alimenté par une chaufferie composée de 2 chaudières biomasse d’une puissance de 20 MW au total. Elles consomment des plaquettes forestières de provenance locale (dans un rayon de 50 km), contribuant ainsi à la réduction des émissions de CO2 de 10 000 tonnes par an.

L’atout de cette installation est sa possibilité de conserver de la chaleur. Lors d’une suractivité par rapport aux besoins, la chaleur récupérée est stockée sous forme d’eau permettant ainsi d’avoir à disposition une réserve de chaleur en cas de besoin.

65 % des logements de Maromme, bâtiments communaux et établissements scolaires ainsi que 200 particuliers environ sont raccordés au réseau urbain biomasse.

Cofely Service a investi 25 millions d’euros environ, dont 7,2 millions d’euros proviennent d’une subvention de l’ADEME et une contribution également de la région Haute-Normandie pour cette réalisation.

Rappel des objectifs 2020 sur les réseaux de chaleur

En 2020, la production d’énergie (tout usage confondu) à partir de sources renouvelables devra être augmentée de 20 MTep par rapport à 2005. La chaleur renouvelable contribue pour moitié à cet objectif (+10 MTep en 2020) et les réseaux de chaleur pour 1/8 (+2,5 MTep de chaleur renouvelable distribuée par les réseaux de chaleur en 2020).

En ce qui concerne la biomasse, les réseaux de chaleur devront mobiliser 1,2 MTep/an de biomasse en 2020 (0,1 Mtep de biomasse ont été mobilisés par les réseaux de chaleur en 2009). Le réseau de chaleur de Maromme s’inscrit ainsi dans cet objectif de mobilisation de la biomasse par les réseaux de chaleur.

Analyse comparative de la situation des réseaux de chaleur et de froid en France et aux Etats-Unis

Mémoire de thèse professionnelle réalisé par Sabine Corcos, étudiante en Mastère Spécialisé Politiques et actions publiques pour le développement durable (PAPDD), avec la collaboration du pôle Réseaux de Chaleur du CETE de l’Ouest – juin 2013.

Résumé

Les réseaux de chaleur et de froid consistent à centraliser la production de chaleur ou de froid pour desservir plusieurs usagers. Ils présentent généralement des avantages par rapport aux solutions décentralisées en matière de diminution des émissions de gaz à effet de serre mais aussi en termes de fiabilité et de sécurité. Les situations des réseaux de chaleur dans le monde sont très constrastées et dépendent fortement des politiques énergétiques menées dans les différents pays. Nous avons réalisé une étude comparative de leur situation en France et aux Etats-Unis.

Alors même que le chauffage urbain moderne est né aux Etats-Unis, les réseaux de chaleur ne couvrent aujourd’hui que 4% des besoins de chauffage. Ils ont été conçus par les Electric Utilities américaines à la fin du XIXème comme des moyens d’utiliser la chaleur fatale perdue lors de la production d’électricité. En France, où les 450 réseaux distribuent 6% de la chaleur consommée, ils ont accompagné les politiques d’urbanisation des années 60 et sont en majorité issus d’initiatives de collectivités locales. Alors que le secteur résidentiel constitue la majorité des clients des réseaux en France, c’est le secteur commercial ainsi que les campus universitaires qui sont majoritaires aux Etats-Unis.

La France a fixé des objectifs clairs en matière de politique énergie-climat contrairement aux Etats-Unis. Les lois Grenelle en France promeuvent directement les réseaux de chaleur conçus comme des outils de mobilisation massive des énergies renouvelables et de récupération. Le fonds chaleur, l’obligation d’étudier la faisabilité d’un réseau alimenté par des énergies renouvelables ou de récupération pour tout projet d’aménagement, la révision de la procédure de classement sont des mesures phares des lois Grenelle. Aux Etats-Unis, certaines politiques fédérales ou étatiques peuvent soutenir indirectement les réseaux via le soutien de la cogénération, à laquelle ils sont très souvent associés. Au niveau des Etats, on peut citer les Clean Energy Funds, Renewable and Alternative Portfolio Standars, Energy Efficient Ressource Standards.

Dans les deux pays, on note un renforcement du rôle des acteurs locaux à travers les outils de planification urbaine qui sont les plus adaptés pour permettre le déploiement des réseaux. De plus, la réglementation au niveau de la certification des bâtiments tend à évoluer en faveur des réseaux. Alors que les initiatives publiques sont majoritaires en France, aux Etats-Unis, la propriété et la responsabilité incombent plus largement aux entreprises privées. Cependant, un nombre croissant de villes, seules à avoir une vision de long terme, sont impliquées dans les nouveaux projets de réseaux fortement capitalistiques.

Quel avenir pour les réseaux de chaleur ? Des innovations visant à optimiser les paramètres des réseaux se développent. Le stockage d’énergie thermique, tout comme les réseaux basses températures par exemple, permettent de maximiser l’utilisation d’énergie renouvelable ou de récupération. Ces innovations sont clefs pour faire des réseaux des outils indispensables à la lutte contre l’effet de serre dans les deux pays. Aux Etats-Unis, il semble que la conscience des avantages sociétaux des réseaux se renforce. L’International District Energy Association milite pour obtenir davantage de politiques de soutien fédérales pour les réseaux de chaleur en mettant en avant la capacité des réseaux à mobiliser massivement les énergies renouvelables et de récupération, se rapprochant ainsi de la logique franco-européenne.

Bilan énergétique de la France en 2012 – MEDDE

Source : Publications du SOeS (Commissariat général au développement durable – Service de l’observation et des statistiques)

Collection Le point sur : « Le bilan énergétique de la France en 2012 : une consommation en baisse sous l’effet de la morosité économique »

En 2012, la consommation finale d’énergie, corrigée des variations climatiques, baisse (- 0,7 %), sous l’effet de l’atonie de l’économie. La consommation d’énergie primaire par la branche énergie est encore plus touchée (- 5 %), en raison d’une moindre production nucléaire et de la chute de l’activité de raffinage. La baisse est également marquée dans l’industrie dans son ensemble et le secteur tertiaire, un peu moins dans les transports. Ces derniers restent ainsi le premier secteur consommateur d’énergie, devant le secteur résidentiel, et loin devant l’industrie, le tertiaire et l’agriculture.
Le mix de la consommation d’énergie finale reste stable en 2012, à l’exception d’une nette progression, en part relative, des énergies renouvelables thermiques. La production nationale d’énergie primaire se tasse à 136 Mtep, soit une baisse de 1 % par rapport au record de 2011. La facture énergétique de la France établit en 2012 un nouveau record historique, à près de 69 milliards d’euros (Md€), en raison notamment de la hausse quasi générale du prix des énergies importées. L’augmentation des prix à la consommation alourdit également la facture des ménages.

 

Pour en savoir plus, ci-dessous les liens vers le site du Commissariat Général au Développement Durable du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie :

Contenus CO2 des réseaux de chaleur et de froid : parution de l’arrêté 2013

Source : Centre de Ressources Réseaux de Chaleur – CETE Ouest

https://i2.wp.com/www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr/local/cache-vignettes/L120xH120/arton1270-f4707.jpgParu au journal officiel du 6 août, l’arrêté du 11 juillet 2013 (modifiant l’arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à la vente en France métropolitaine) indique les niveaux de rejets de CO2 (en kg par kWh d’énergie distribuée) par les réseaux de chaleur et de froid en France.

Ces valeurs remplacent celles de l’arrêté du 8 février 2012.

Portée et source des contenus CO2 figurant dans l’arrêté

Ces valeurs sont utilisées comme référence notamment pour les diagnostic de performance énergétique des bâtiments raccordés à un réseau de chaleur et pour l’application de la réglementation thermique 2012 (modulation de la consommation maximale autorisée en fonction du contenu CO2 du réseau auquel le bâtiment est raccordé).

Ces valeurs sont issues de l’enquête de branche réalisée annuellement par le SNCU pour le compte du Ministère du Développement Durable.

Les réseaux de chaleur et de froid qui ne sont pas recensés au travers de cette enquête ne figurent pas dans l’arrêté, et se voient réglementairement attribuer la valeur de contenu CO2 du charbon, par défaut. Si votre collectivité dispose d’un réseau de chaleur ou de froid et que vous n’êtes pas encore dans le périmètre de l’enquête de branche, vous êtes invité à vous faire connaître auprès du SNCU (site de l’enquête réseaux, site du SNCU).

NB : dans le cas d’un projet de réseau (réseau neuf ou réseau dont le contenu CO2 va évoluer de façon significative), vous pouvez obtenir une validation par anticipation du nouveau contenu CO2 en passant par la procédure dite de « Titre V ».

Évolutions constatées par rapport aux valeurs précédentes

L’arrêté du 8 février 2012 contenait 395 réseaux (dont 12 réseaux de froid). Le nouvel arrêté de juillet 2013 contient 421 réseaux (dont 13 réseaux de froid). Ceci confirme la tendance déjà constatée les années précédentes : de plus en plus de réseaux sont intégrés dans le dispositif (et il ne s’agit pas uniquement de réseaux neufs).

L’évolution des contenus CO2 des réseaux de chaleur et de froid est un indicateur de leur progression dans le sens des objectifs de renforcement de leur contribution à la lutte contre le changement climatique.

Répartition par tranche de contenu CO2 (réseaux de chaleur uniquement) :

Contenu CO2 Arrêté 2010 Arrêté 2012 Arrêté 2013
0 – 50 g/kWh 13,2% 13,3% 18,4%
50 – 100 g/kWh 7,3% 11,2% 9,6%
100 – 150 g/kWh 6,5% 6,3% 7,6%
>150 g/kWh 73% 69,2% 63,7%
  • On note que l’augmentation du nombre de réseaux très faiblement émetteurs (<50g/kWh) est beaucoup plus marquée entre 2012 et 2013 qu’elle ne l’avait été entre 2010 et 2012.
  • La part des réseaux émettant plus de 150g de CO2 par kWh continue quant à elle de diminuer, à raison de 4 à 5% de réseaux en moins par an. C’est le résultat direct de l’évolution du bouquet énergétique de ces réseaux par une augmentation de la part des énergies renouvelables, fortement décarbonées.

Contenus CO2 – Liste complète

Dép. Nom du réseau Localisation Chaleur (C) ou froid (F) CO2 (kg/ kWh)
1 La Reyssouze Bourg-en-Bresse C 0,179
1 La Forge Oyonnax C 0,209
1 La Plaine (HLM) Oyonnax C 0,213
2 ZUP du quartier Europe Saint-Quentin C 0,259
2 ZUP de Presles Soissons C 0,204
2 Réseau de Laon Laon C 0,025
3 Réseau de Moulins Moulins C 0,33
3 Fontbouillant Montluçon C 0,138
3 Meaulne Meaulne C 0,139
4 RCU Manosque ZAC Chanteprunier Manosque C 0,083
5 Réseau bois Delaroche Embrun C 0
5 Réseau quartier Gare Embrun C 0
6 Sonitherm-réseau de l’Ariane Nice C 0,008
6 Saint-Augustin (HLM) Nice C 0,194
7 Réseau d’Aubenas Aubenas C 0,022
8 La Houllière Charleville-Mézières C 0,28
8 La Citadelle Charleville-Mézières C 0,221
8 Ronde couture Charleville-Mézières C 0,067
8 ZUP de Sedan Sedan C 0,125
8 Réseau de Rocroi Rocroi C 0,324
8 Revin Revin C 0,171
10 ZUP de La Chapelle-Saint-Luc Les Noës C 0,232
10 Les Chartreux Troyes C 0,202
10 Biomasse de Piney Piney C 0,068
11 ZAC Saint-Jean et Saint-Pierre Narbonne C 0,118
12 Cransac-les-Thermes Cransac-les-Thermes C 0,011
13 ZAC des Canourgues Salon-de-Provence C 0,27
13 ZAC Paradis-Saint-Roch Martigues C 0,294
13 ZAC Canto Perdrix Martigues C 0,222
13 Centre urbain-ZAC des Pins Vitrolles C 0,217
13 Les Fenouillères Aix-en-Provence C 0,295
13 ZUP d’Encagnane Aix-en-Provence C 0,287
14 Hérouville-Saint-Clair Hérouville-Saint-Clair C 0,021
14 ZUP de Hauteville Lisieux C 0,003
14 ZAC de Falaise Falaise C 0,048
14 La Guérinière Caen C 0,184
14 Grâce de Dieu Caen C 0,212
14 Réseau Bois I Bayeux C 0,075
14 Réseau Bois vallée des près Bayeux C 0,06
17 Villeneuve-les-Salines La Rochelle C 0,095
17 Réseau de Jonzac Jonzac C 0,139
17 ZUP de Mireuil La Rochelle C 0,053
17 Réseau de Pons Pons C 0,172
17 Réseau des Fouriers Rochefort C 0,193
18 Chancellerie Gibjoncs-ZUP de Bourges Asnières-les-Bourges C 0,052
18 ZUP du Clos du Roy Vierzon C 0,325
19 Centre valorisation énergétique Brive Saint-Pantaléon-de-Larche C 0
19 Egletons bois énergie Egletons C 0,051
20 Réseau de Corte Corte C 0,026
21 La Fontaine d’Ouche Dijon C 0,267
21 ZUP de Chenôve Chenôve C 0,287
21 Réseau de Quétigny Quétigny C 0,16
21 Les Grésilles Dijon C 0,099
23 Réseau de Bourganeuf Bourganeuf C 0,014
23 Réseau de Felletin Felletin C 0
25 Besançon-Planoise Besançon C 0,155
25 ZUP de la Petite Hollande Montbéliard C 0,069
25 Champvalon Béthoncourt C 0,233
25 Chaufferie bois du Russey Le Russey C 0,057
25 Champs Montants Audincourt C 0,161
25 Domaine universitaire de la Bouloie Besançon C 0,043
25 Réseau de Mouthe Mouthe C 0,092
26 Réseau de la ZUP de Valence Valence C 0,295
26 Réseau de Pierrelatte-Des Pierrelatte C 0
26 Réseau Pracomptal Montélimar C 0,209
27 ZUP de Saint-André Evreux C 0,271
27 ZAC des Maisons Rouges Louvriers C 0,273
27 Quartier de l’Europe Pont-Audemer C 0,216
27 Tours du Levant clos Galots Les Andelys C 0,277
27 ZUP Les Valmeux Vernon C 0,242
28 ZUP de la Madeleine Chartres C 0,273
28 Les Gauchetières Nogent-le-Rotrou C 0,266
29 Réseau de Brest Brest C 0,049
29 Réseau de Plougastel-Daoulas Plougastel-Daoulas C 0,057
30 Quartier Ouest Nîmes C 0,238
30 Centre-ville Alès Alès C 0,265
31 Réseau de Toulouse (UIOM) Toulouse C 0
31 ZAC du Ritouret Blagnac C 0,17
31 CSU Rangueil Toulouse C 0,216
33 Réseau de Pellegrue Pellegrue C 0,005
33 Parc de Mérignac ville Stemer Mérignac C 0,24
33 Hauts de Garonne Cenon-Lormont-Floirac C 0,051
33 Puis de Gueyrosse Libourne C 0,173
33 La Benauge-cité Pinçon Bordeaux C 0,199
33 Réseau de chaleur de Gironde-sur-Dropt Gironde-sur-Dropt C 0,006
33 Réseau de chaleur de Saint-Pierre-d’Aurillac Saint-Pierre-d’Aurillac C 0,022
34 Polygone Antigone Montpellier C 0,22
34 Ernest Granier Montpellier C 0,209
34 Port Marianne Montpellier C 0,104
34 Réseau des universités Montpellier C 0,019
34 Réseau Arches Jacques Cœur Montpellier C 0,216
34 Réseau Arches Jacques Cœur Montpellier C 0,014
34 Parc Marianne Montpellier C 0,263
35 Villejean-Beauregard Rennes C 0,034
35 Sarah Bernhardt Rennes C 0,205
35 Campus scientifique de Beaulieu Rennes C 0,189
35 Quartier Sud Rennes C 0,206
36 Cité Saint-Jean Châteauroux C 0,069
37 Morier et Rabière Joué-lès-Tours C 0,224
37 ZUP des bords de Cher Tours C 0,21
37 Sanitas Tours C 0,245
37 Quartier Châteaubriand Tours C 0,207
37 La Rabaterie Saint-Pierre-des-Corps C 0,184
37 Réseau UIOM Chinon Saint-Benoît-la-Forêt C 0
37 Réseau de La Riche-quartier La Riche C 0,234
38 Compagnie de chauffage de Grenoble Grenoble C 0,146
38 Réseau UIOM SITOM Nord Isère Bourgoin-Jallieu C 0
38 Réseau de Saint-Marcellin Saint-Marcellin C 0,009
38 Allevard Allevard C 0,025
39 Réseau de Dole Dole C 0,167
39 La Marjorie Lons-le-Saunier C 0,098
39 Réseau de Moirans-en-Montagne Moirans-en-Montagne C 0,14
40 ZAC des bords de l’Adour Dax C 0,274
41 Quartier Bégon et Chevalier Blois C 0,04
41 ZAC des Paradis Vineuil C 0,05
41 Réseau de Mondoubleau Mondoubleau C 0,061
42 ZUP de la Cotonne Saint-Etienne C 0,187
42 La Métare Saint-Etienne C 0,233
42 Montchovet-Beaulieu 4 (HLM) Saint-Etienne C 0,243
42 Réseau de Firminy Firminy C 0,265
42 ZUP RN 7 Roanne C 0,313
42 ZUP du Parc des Sports Roanne C 0,295
42 Réseau de chaleur VIACONFORT Saint-Etienne C 0,073
42 ZUP de Montreynaud Saint-Etienne C 0,068
42 Réseau d’Andrézieux-Bouthéon Andrézieux-Bouthéon C 0,066
42 Réseau de Montrond-les-Bains Montrond-les-Bains C 0,018
43 Langeac Langeac C 0
43 Réseau de chaleur YES Yssingeaux C 0,114
43 Chaufferie de la mairie Dunières C 0,128
43 Chaufferie de la piscine Dunières C 0,128
44 Beaulieu Malakoff-Valorena Nantes C 0,015
44 ZUP de Bellevue Saint-Herblain Nantes-Saint-Herblain C 0,24
45 Socos Orléans C 0,26
45 Quartier centre-ville et Nord Orléans C 0,241
45 ZUP du Grand clos Montargis C 0,064
45 Réseau de Fleury-les-Aubrais Fleury-les-Aubrais C 0,255
45 CVE Pithiviers Pithiviers C 0
46 Cazals terrain des Prades Cazals C 0
46 Réseau de Nuzéjouls Nuzéjouls C 0,278
46 Réseau de Biars-sur-Cère Biars-sur-Cère C 0,02
46 Réseau de Cajarc Cajarc C 0,011
46 Réseau de Catus Catus C 0,023
46 Réseau de Caillac Caillac C 0,037
46 Réseau de Saint-Germain-du-Bel-Air Saint-Germain-du-Bel-Air C 0,044
46 Réseau des Quatre-Routes-du-Lot Les Quatre-Routes-du-Lot C 0,053
46 Réseau de Sousceyrac Sousceyrac C 0,014
46 Réseau de Figeac Figeac C 0,01
47 Novergie Sud-Ouest Sogad (UIOM) Le Passage C 0,256
48 Mende Mende C 0,001
49 Réseau d’Angers Angers C 0,143
49 ZUP de Jeanne-d’Arc Angers C 0,228
49 CHU Angers Angers C 0,213
49 Chemin Vert Saumur C 0,078
49 Réseau de chaleur d’Andrezé Andrezé C 0,009
50 ZUP d’Octeville Cherbourg C 0,127
50 Ilot Divette Cherbourg C 0,264
51 ZUP Laon-Neufchâtel Reims C 0,212
51 Réseau UIOM Reims C 0
51 Quartier Bernon Epernay C 0,175
51 Croix-Rouge Reims C 0,248
52 ZUP de Gigny Saint-Dizier C 0,213
52 Ensemble du Vert bois Saint-Dizier C 0,202
52 La Rochotte Chaumont C 0,259
53 ZUP de Nicolas Laval C 0,232
54 Nancy Energie Nancy C 0,119
54 Réseau de Vandœuvre Vandœuvre-lès-Nancy C 0,037
54 Haut du Lièvre Nancy C 0,11
54 Réseau d’Ecrouves Ecrouves C 0,168
55 Côte Sainte-Catherine Bar-le-Duc C 0,246
55 ZUP Anthouard Verdun C 0,197
55 Ligny-en-Barrois Ligny-en-Barrois C 0,041
56 Réseau de Lanester Lanester C 0,013
56 Réseau de chaleur ZAC Centre Hennebont C 0,033
57 Metz Cité Metz C 0,181
57 Metz Est Metz C 0,218
57 Réseau du Farébersviller Farébersviller C 0,223
57 Wenheck Saint-Avold C 0,223
57 Réseau de Freyming-Merlebach Freyming-Merlebach C 0,297
57 Réseau de Sarreguemines Sarreguemines C 0,238
57 Réseau de Holweg-Forbach-Behren Forbach-Stiring-Wendel-Behren-lès-Forbach C 0,056
57 Huchet Saint-Avold C 0,194
57 Côte de la Justice Saint-Avold C 0,199
57 Carrière Saint-Avold C 0,179
58 Réseau de Nevers Nevers C 0,224
59 Alma-Beaurepaire Roubaix C 0,216
59 Quartier Pont de bois Villeneuve-d’Ascq C 0,175
59 Domaine universitaire et scientifique Villeneuve-d’Ascq C 0,236
59 ZUP de Wattignies-Blanc Riez Wattignies C 0,191
59 Réseau de Wattrelos Wattrelos C 0,23
59 ZAC des Epis Sin-le-Noble C 0,211
59 Monsenergie Mons-en-Barœul C 0,225
59 Métropole Nord Lille C 0,253
59 ZUP de la Caserne joyeuse Maubeuge C 0,221
59 Energie Grand Littoral Dunkerque C 0,107
59 Réseau de chauffage d’Hazebrouck Hazebrouck C 0,242
60 Réseau de Compiègne Compiègne C 0,25
60 La Cavée Creil C 0,139
60 Quartier des Obiers Nogent-sur-Oise C 0,25
60 Les Martinets Montataire C 0,218
60 Les Hironvalles Creil C 0,264
61 Perseigne Alençon C 0,187
61 ZUP de Flers Flers C 0,348
61 Quartier Nord-route de Falaise Argentan C 0,019
61 Réseau de La Ferté-Macé La Ferté-Macé C 0,016
62 ZUP du quartier République Avion C 0,232
62 ZUP de Lens Lens C 0,229
62 ZUP de Béthune Béthune C 0,235
62 Réseau de Liévin Liévin C 0,244
62 Calais Energie Calais C 0,193
62 Réseau centre-ville Béthune C 0,23
62 Réseau d’Arras Arras C 0,212
63 Saint-Jacques (HLM) Clermont-Ferrand C 0,226
63 ZAC du Masage Beaumont C 0,22
63 Campus des Cézeaux Aubière C 0,237
63 ZUP de la Gauthière Clermont-Ferrand C 0,218
63 Réseau de Royat Royat C 0,214
67 Elsau Strasbourg C 0,248
67 Hautepierre Strasbourg C 0,219
67 L’esplanade Strasbourg C 0,235
67 Cité du Wihrel Ostwald C 0,226
67 Cité de l’Ill Strasbourg C 0,117
67 Réseau de Haguenau Haguenau C 0,063
68 Réseau de Colmar Colmar C 0,109
68 L’Illberg Didenheim C 0,23
68 Cité technique Saint-Louis C 0,228
68 Ilôt de la Gare Saint-Louis C 0,198
68 Réseau de Cernay Cernay C 0,272
68 Réseau de Volgelsheim Volgelsheim C 0,292
68 Montagne Verte Colmar C 0,253
68 Réseau de Rixheim Rixheim C 0,022
69 Les Minguettes Vénissieux C 0,182
69 Les Sources (HLM) Ecully C 0,222
69 La Duchère et Lyon (9e) Champagne-au-Mont-d’Or C 0,087
69 Réseau Lyon-Villeurbanne Lyon-Villeurbanne C 0,11
69 Réseau de Vaulx-en-Velin Vaulx-en-Velin C 0,349
69 Campus de la Doua Villeurbanne C 0,248
69 La Perralière Villeurbanne C 0,214
69 Les Semailles Rillieux-la-Pape C 0,187
69 ZUP de Bron-Parilly Bron C 0,2
69 Les Vernes Givors C 0,234
69 Réseau UIOM Villefranche Villefranche-sur-Saône C 0,007
69 Plateau de Montmein Oullins C 0,234
69 Résidence des Deux Amants Lyon C 0,239
69 Réseau de Rillieux-la-Pape (UIOM) Rillieux-la-Pape C 0
69 Belleroche Ouest Gleize C 0,081
69 Mermoz Sud Lyon C 0,193
69 Domaine de la Roue Rillieux-la-Pape C 0,229
70 ZUP des Capucins Gray C 0,038
70 Réseau de Saulnot Saulnot C 0,007
71 Réseau de Chalon Chalon-sur-Saône C 0,176
71 Réseau de Montceau-les-Mines Montceau-les-Mines C 0,325
71 Réseau de Mâcon Mâcon C 0,362
71 Réseau d’Autun Autun C 0,117
71 Réseau de Tramayes Tramayes C 0,023
72 Réseau du Mans Le Mans C 0,221
72 Percée Centrale Le Mans C 0,201
72 ZUP d’Allonnes Le Mans Allonnes C 0,122
72 Bellevue Coulaine C 0,057
73 Bissy et Croix Rouge Chambéry C 0,173
73 La Plagne Macôt-la-Plagne C 0,134
73 Réseau de Notre-Dame-des-Millières Notre-Dame-des-Millières C 0,262
73 Réseau de Saint-Etienne-de-Cuines Saint-Etienne-de-Cuines C 0,281
74 Novel Annecy C 0,211
74 ZUP de Champ Fleury Seynod C 0,049
74 Réseau de la Rénovation Thonon-les-Bains C 0,294
74 Flaine Les Carroz-d’Arraches C 0,257
74 Réseau de la ZUP des Ewues Cluses C 0,247
74 ZA La Cudra Faverges C 0,009
74 ZUP de Cozets Scionzier C 0,276
75 CPCU-Paris et communes limitrophes Paris C 0,195
75 Réseau Climespace Paris C 0,212
75 Rue Legendre Paris C 0,217
76 Curb-Bihorel Rouen C 0,305
76 ZAC du Mont Gaillard Le Havre C 0,259
76 Réseau de Mont-Saint-Aignan Mont-Saint-Aignan C 0,258
76 ZUP de la Cité Verte Canteleu C 0,215
76 ZAC Nobel Bozel Petit-Quevilly C 0,256
76 Château Blanc Saint-Etienne-du-Rouvray C 0,029
76 Extension Nord-Thermical Neuville-lès-Dieppe C 0,243
76 CHU Charles Nicolle Rouen C 0,195
76 ZUP de Caucriauville Le Havre C 0,267
76 La Côte Brulée Le Havre C 0,243
76 Grammont Rouen C 0,027
77 Hôpital Meaux C 0,169
77 Beauval-Collinet Meaux C 0,198
77 Almont-Montaigu Melun C 0
77 ZUP du Mont Saint-Martin (GTNM) Nemours C 0,207
77 Réseau de Dammarie-les-Lys Dammarie-les-Lys C 0,213
77 Centrale de la butte Monceau Avon C 0,241
77 Réseau du Mée-sur-Seine Le Mée-sur-Seine C 0,193
77 Réseau de Vaux-le-Pénil Vaux-le-Pénil C 0,257
77 Réseau de Coulommiers Coulommiers C 0,032
77 ZUP de Surville Montereau-Fault-Yonne C 0,22
77 Réseau de Marne-la-Vallée Torcy C 0,222
77 Réseau de Chelles Chelles C 0,172
78 Les Nouveaux Horizons Elancourt C 0,209
78 Le Val Fourré Mantes-la-Jolie C 0,226
78 Réseau SVCU de Versailles Versailles C 0,258
78 Parly II-Le Chesnay Le Chesnay C 0,215
78 Réseau de Saint-Germain-en-Laye Saint-Germain-en-Laye C 0,204
78 ZAC de la Noe Chanteloup C 0,158
78 Quartier Grand Ouest et des Musiciens Les Mureaux C 0,247
78 Réseau de Vélizy Vélizy-Villacoublay C 0,226
78 Domaine de Beauregard-Cogecel La Celle-Saint-Cloud C 0,196
78 Réseau de Carrières-Chatou Carrières-sur-Seine C 0,02
78 Réseau de Plaisir-Resop Plaisir C 0,009
79 ZUP Le Clou Bouchet Niort C 0,207
79 Réseau de Bressuire Bressuire C 0,026
80 Etouvie Amiens C 0,276
80 Le Pigeonnier Amiens C 0,203
80 Réseau de Montdidier Montdidier C 0,068
81 Réseau de Carmaux Carmaux C 0,144
81 Chauffage urbain de Mazamet Mazamet C 0,062
81 Réseau de Castres-Lameilhé Castres C 0,012
82 Réseau de Montauban-Setmo Montauban C 0,017
82 Réseau de Caylus Caylus C 0
83 Réseau La Beaucaire (UIOM) Toulon C 0,128
84 Le Triennal Avignon C 0,229
85 OPHLM Vendée La Roche-sur-Yon C 0,349
85 Réseau Les Herbiers Les Herbiers C 0,073
86 ZUP des Couronneries Poitiers C 0,094
87 ZUP Val de l’Aurence Limoges C 0,218
87 ZAC de Beaubreuil Limoges C 0,005
87 Quartier de l’hôtel de ville Limoges C 0,229
88 Plateau de la Justice Epinal C 0,132
88 Quartier Kellerman Saint-Dié C 0,064
88 ZAD du Haut de Fol Vittel C 0,24
88 Réseau de Fresse-sur-Moselle Fresse-sur-Moselle C 0,007
89 ZUP des Grahuches Sens C 0,126
89 ZUP de Sainte-Geneviève Auxerre C 0,257
89 Les Chaillots Sens C 0,232
90 ZUP des Glacis Belfort C 0,233
91 Réseau de Massy-Antony Massy C 0,153
91 Réseau des Ulis-Thermulis Les Ulis C 0,103
91 Réseau d’Evry Evry C 0,207
91 Domaine du Bois des Roches Saint-Michel-sur-Orge C 0,275
91 Réseau de Grigny SOCCRAM Grigny C 0,205
91 Réseau de Dourdan Dourdan C 0,202
91 CEA DIF Bruyères-le-Châtel C 0,253
91 ZUP de la Croix Blanche Vigneux-sur-Seine C 0,113
91 Réseau d’Epinay-sous-Sénart Epinay-sous-Sénart C 0,182
91 Réseau de Ris-Orangis Ris-Orangis C 0,153
91 Réseaux ZUP de Saint-Hubert et Louis Pergaud Sainte-Geneviève-des-Bois C 0,21
91 Les Tarterêts Corbeil-Essonnes C 0,22
91 Réseau de Grigny COFELY Grigny C 0,24
91 Réseau Parc d’activités Villejust C 0,206
92 Réseau de Meudon Meudon-la-Forêt C 0,229
92 Les Fossés Jean Nord Colombes C 0,323
92 Réseau de Clichy Clichy-la-Garenne C 0,241
92 Réseau Gennedith Gennevilliers C 0,236
92 Réseau de Chaville Chaville C 0,217
92 ZAC de Levallois-Perret Levallois-Perret C 0,249
92 Réseau de Châtillon-sous-Bagneux Châtillon-sous-Bagneux C 0,25
92 Réseau du Plessis-Robinson (HLM) Le Plessis-Robinson C 0,223
92 ZAC du Front de Seine Levallois-Perret C 0,276
92 ZAC île Séguin-Rives de Seine Boulogne-Billancourt C 0,189
92 Réseau du Plessis-Robinson-ZIPEC Le Plessis-Robinson C 0,278
92 Chauffage urbain de Suresnes Suresnes C 0,203
92 Réseau Soclic Courbevoie C 0,243
92 Réseau de La Défense-Enertherm Courbevoie C 0,266
92 Résidence Villeneuve Villeneuve-la-Garenne C 0,175
92 Réseau Ciceo Puteaux C 0,216
93 Réseau de Saint-Denis Saint-Denis C 0,219
93 ZUP de Bobigny Bobigny C 0,226
93 ZAC de Sevran Sevran C 0,229
93 ZUP des Fauvettes Neuilly-sur-Marne C 0,261
93 Réseau de Villepinte Villepinte C 0,212
93 Pariféric Aubervilliers C 0,211
93 Rougemont Perrin Chanteloup Sevran C 0,168
93 Réseau ADP-Le Bourget Le Bourget C 0,252
93 Le Chêne Pointu Clichy-sous-Bois C 0,188
93 Le Gros Saule Aulnay-sous-Bois C 0,198
93 La Courneuve quartier Nord La Courneuve C 0,108
93 Tremblay-en-France Tremblay-en-France C 0,063
93 Réseau du Blanc-Mesnil Le Blanc-Mesnil C 0,211
93 Réseau de Bondy Bondy C 0,242
93 Garonor Aulnay-sous-Bois C 0,3
93 Aulnay 3000-Rose des Vents Aulnay-sous-Bois C 0,161
93 Stade Energies Sésas Saint-Denis C 0,251
93 La Courneuve quartier Sud La Courneuve C 0,163
93 Résidence Les Lilas Les Lilas C 0,212
94 Réseau de Créteil-Scuc Créteil C 0,111
94 Réseau de Vitry-sur-Seine Vitry-sur-Seine C 0,22
94 Fontenay-sous-Bois Fontenay-sous-Bois C 0,199
94 Fresnes Sud Fresnes C 0,296
94 Réseau de Sucy-en-Brie Sucy-en-Brie C 0,038
94 Réseau de Cachan Cachan C 0,035
94 Réseau de Champigny-sur-Marne Champigny-sur-Marne C 0,094
94 Réseau de Maison-Alfort Maison-Alfort C 0,203
94 Réseau de Thiais Thiais C 0,038
94 Réseau de Bonneuil-sur-Marne (UIOM) Bonneuil-sur-Marne C 0,056
94 Réseau de Chevilly-Larue et l’Hay ¨-les-Roses L’Hay ¨-les-Roses C 0,092
94 Quartier Nord Fresnes C 0,071
94 Réseau d’Orly Orly C 0,031
94 Réseau d’Alfortville-Smag Alfortville C 0,036
94 Réseau d’Ivry Ivry C 0,176
94 Réseau de Villeneuve-Saint-Georges Villeneuve-Saint-Georges C 0,077
94 Réseau ADP Orly Orly C 0,143
95 Réseau de la ZAC Croix Rouge Taverny C 0,239
95 Grand ensemble Sarcelles-Lochères Sarcelles C 0,01
95 Réseau de Cergy-Pontoise Cergy-Pontoise C 0,168
95 Van Gogh Garges-lès-Gonesse C 0,183
95 ZUP de Sannois-Ermont-Franconville Franconville C 0,235
95 Réseau d’Argenteuil Argenteuil C 0,156
95 Réseaux ADP Roissy Roissy C 0,182
95 ZUP de l’Epine Guyon Franconville C 0,26
95 Réseau de Villiers-le-Bel-Gonesse Villiers-le-Bel C 0,156
95 Réseau de Pontoise Pontoise C 0,18
95 ZAC Montedour Franconville C 0,231
34 Polygone Antigone Montpellier F 0,23
34 Ernest Granier Montpellier F 0,2
34 Port Marianne Montpellier F 0,014
38 Compagnie de chauffage de Grenoble Grenoble F 0,01
42 Réseau de froid VIACONFORT Saint-Etienne F 0,013
69 Réseau Lyon-Villeurbanne Lyon-Villeurbanne F 0,012
75 Réseau Climespace Paris F 0,007
92 ZAC île Séguin-Rives de Seine Boulogne-Billancourt F 0,02
92 Réseau de La Défense-Enertherm Courbevoie F 0,011
92 Réseau Suc Issy-les-Moulineaux F 0,018
93 Stade Energies Saint-Denis F 0,012
94 Réseau ADP Orly Orly F 0,01
95 Réseau ADP Roissy Roissy F 0,012

Le réseau de chaleur de Saint Louis en Alsace récompensé

Source : lalsace.fr

Saint-Louis s’est vu décerner un grand prix national pour sa gestion des ressources naturelles et des énergies.

Le Concours national des villes récompense « les collectivités qui innovent et font avancer les réflexions sur l’aménagement de la ville de demain ». L’édition 2013 avait pour thème « Le portrait de la ville idéale ». 110 villes de plus de 20 000 habitants ont concouru et Saint-Louis figure dans les 20 villes récompensées, pour sa « politique de gestion durable de l’énergie » , avec pour principale réalisation une chaufferie urbaine. Le prix a été remis le 11 juin à Bernard Schmitter, adjoint au maire à l’urbanisme, lors d’une cérémonie à la Caisse des Dépôts et Consignations à Paris.

Ce projet de chaufferie urbaine « s’inscrit dans le contexte de la transition énergétique et a un fort impact social, puisque le coût de la facture de chaleur diminue de 30 % pour les usagers ». La chaufferie urbaine combine la cogénération, des systèmes innovants de manutention biomasse et de condensation sur les fumées. Elle doit donc permettre « d’importantes économies d’énergie ».

Efficacité énergétique

C’est EBM Thermique qui exploite, depuis juillet 2011, le réseau de chaleur urbain de Saint-Louis, d’une longueur d’environ 5 km et qui alimente en chauffage et en eau chaude sanitaire l’équivalent de 3 000 logements, pour 34 000 MWh/an de chaleur vendue. Il s’agit d’une centrale pionnière qui « bénéficiera des dernières technologies permettant de produire une énergie propre à un coût attractif ». La centrale de cogénération atteindra une efficacité énergétique annuelle globale de 58 %, alors qu’une centrale électrique classique atteint environ 33 %. En période de chauffe, l’efficacité énergétique de l’installation sera de 88 %. « Cette centrale couvrira annuellement 93 % des besoins thermiques de la Ville de Saint-Louis et en simultané 27 000 MWh d’énergie électrique, soit l’équivalent de la consommation électrique de 10 000 ménages. »

Ce programme s’intègre dans « une politique globale en faveur du développement durable portée par la Ville ».