Carte nationale interactive des réseaux de chaleur et de froid – Edition 2014

2015-03-04 15_04_04-Carte nationale des contenus CO2 des réseaux de chaleur et de froid sur 2012 - u

La carte nationale interactive des réseaux de chaleur et de froid, basée sur la liste et les données de l’arrêté relatif au contenu CO2 des réseaux, a été mise à jour à partir du dernier arrêté (27 octobre 2014, basé sur l’enquête annuelle conduite en 2013, donc sur les bilans de fonctionnement des réseaux sur l’année 2012).

Cette carte représente les réseaux de chaleur et de froid recensés par l’arrêté, avec une localisation à la commune (objets ponctuels). Le contenu CO2 de chaque réseau, son type (chaleur/froid), son nom et sa commune principale de rattachement sont indiqués dans une infobulle. Lorsque le réseau est présent dans l’annuaire Via Sèva, un lien permet d’accéder à davantage de données.

En coulisses…

logo umapPour réaliser cette édition 2014, nous avons choisi d’utiliser le service Umap, en remplacement de Google Maps Engine qui était utilisé pour la précédente version. En plus d’être une solution open source, basée sur les fonds de carte collaboratifs du projet OpenStreetMap, Umap nous permet de vous proposer quelques fonctionnalités supplémentaires, telles que :

  • le téléchargement de l’intégralité des tables de données (format geojson, gpx ou kml), via le bouton « Exporter et partager la carte » situé dans le menu dérouable « Plus », à gauche
  • une couche par classe de contenu CO2, avec une couleur par classe et la possibilité d’afficher/masquer les couches de votre choix
  • un affichage amélioré (regroupement des points lorsqu’ils sont proches à l’écran, présentation des infobulles…)
  • la possibilité d’intégrer facilement une version personnalisée (zone géographique ciblée, couches activées…) sur votre propre site web (bouton « Exporter et partager la carte » puis configuration à l’aide du menu « Options d’export de l’iframe »)

L’ONU plaide pour le développement et la modernisation des réseaux de chaleur et de froid

district energy unep

Dans un rapport publié le 25 février, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) met en avant le rôle essentiel que peuvent jouer les réseaux de chaleur et de froid dans la transition énergétique des villes.

La transition vers des réseaux de chaleur et de froid modernes pourrait contribuer à hauteur de 60% à la réduction des émissions du secteur d’ici 2050, et réduire de moitié la consommation d’énergie primaire, d’après un rapport publié par le PNUE en collaboration avec le Centre pour l’Efficacité Energétique de Copenhague, l’ICLEI – Collectivités locales pour le développement durable – et l’ONU-Habitat.

Avec des villes qui représentent 70% de la consommation d’énergie dans le monde et 40 à 50% des émissions de gaz à effet de serre, le rapport « District Energy in Cities: Unlocking the Potential of Energy Efficiency and Renewable Energy » révèle comment les autorités locales et les gouvernements nationaux peuvent développer des systèmes de production et distribution locale d’énergie efficaces, résilients face au climat et abordables. C’est une des solutions les plus efficaces et les moins coûteuses pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et les besoins en énergie primaire, et pour contribuer au maintien des températures mondiales sous les 2°C d’écart par rapport au niveau pré-industriel.
Les réseau de chaleur et de froid peuvent également contribuer à la transition vers une économie verte, grâce aux économies réalisées en évitant des investissements sur les infrastructures de génération électrique, à la création de richesse liée à une facture fossile réduite, aux revenus liés à la fiscalité locale, et à l’emploi.

Pour en savoir plus

Communiqué complet du PNUE

District energy systems can also contribute to the green economy transition through cost savings from avoided or deferred investment in power-generation infrastructure and peak capacity; wealth creation through reduced fossil fuel expenditure, local tax revenue; and employment.

« Our response and our ability to keep the world within a 2°C scenario, has led us to focus on district energy in cities. These are practical, reliable, bring benefits to consumers and they generate benefits in terms of our response to climate change, » said Achim Steiner, United Nations Under-Secretary-General and Executive Director of UNEP.

« In launching this report, we want to draw attention of the world’s decision makers, mayors, leaders at the community level, to the importance of district energy systems and hopefully through the lessons learnt in many parts of the world, ensure that this is yet one more element of our response that will allow us to practice and draw upon solutions already in place, proven and part of the transition to a green economy. »

Currently, heating and cooling, of space and water, account for half of the energy consumption in some cities, with systemic inefficiencies incurring massive economic and social costs, and acting as a major barrier to universal access to modern energy.

Cooling demand in particular is growing worldwide, spending on energy services is increasing. According to the International Energy Agency, energy consumption for space cooling increased 60 per cent globally from 2000 to 2010, and is set to expand by 625 per cent by 2050 in selected regions of Asia and Latin America.

District energy systems – which pipe steam, hot water or cold water around a city from a central location for use in buildings – are being used in a variety of cities worldwide because of their higher energy efficiency which can significantly reduce the greenhouse gas emissions of cooling and heating. This can result in improved air quality, and, where district systems use renewable power sources, reduce reliance on fossil fuels and energy imports, increasing the resilience of cities to fuel price shocks.

The city of St Paul, Minnesota, USA, for example, uses district energy fuelled by municipal wood waste to displace 275,000 tons of coal annually and to keep US$12 million in energy expenses circulating in the local economy. And in Toronto, Canada, the extraction of lake water for district cooling reduces electricity use for cooling by 90 per cent, earning the city US$89 million from selling a 43 per cent share in its district energy systems, which it could use to fund other sustainable infrastructure development. Paris, France, is providing cheaper, more renewable heat through district heating and, by owning a third of its district heating company, also benefits from an annual dividend of $US 2.6 million and an annual concession fee of $US 9.1 million.

« Cities are crucial partners in making Sustainable Energy for All a reality. With their help we can change the environment, change the way we produce and use energy and at the same time significantly mitigate climate change, accelerate economic development, reduce environmental pollution and alleviate extreme poverty and thereby making cities a lot more resilient, » said Kandeh Yumkella, UN Under-Secretary-General, Special Representative of the Secretary-General and CEO of the Sustainable Energy for All initiative.

Through an analysis of the 45 ‘champion cities’, which have collectively installed more than 36 GW of district heating capacity (equivalent to 3.6 million households), 6 GW of district cooling capacity (equivalent to 600,000 households) and 12,000 km of district energy networks, the report finds that while contributions of district energy are significant and growing, the full potential of these systems remains largely untapped, with significant opportunities existing for growth, refurbishment and new development.

Gujarat International Finance Tec-City, known as GIFT City, India, is developing the country’s first district cooling system, which could reduce electricity demand for cooling by 65-80 per cent. Yerevan, Armenia, is retrofitting and modernizing its district heating systems, which historically had losses as high as 50 per cent. After the first phase of refurbishment, 10,000 residents were reconnected, reducing energy consumption by 50.2 GWh annually and providing heat at cheaper rates than with residential gas boilers. While a Booz & Company 2012 study of the Gulf countries found that district cooling could provide 30 per cent of forecasted cooling needs by 2030, avoiding 20 GW of new power capacity and 200,000 barrels of oil equivalent per day in fuel.

Local governments are uniquely positioned to advance district energy systems in their various capacities as planners and regulators, as facilitators of finance, as role models and advocates, and as large consumers of energy and providers of infrastructure and services (e.g., energy, transport, housing, waste collection, and wastewater treatment). For example, in 2012 alone, the Greater London Authority’s integrated energy and land-use planning policy resulted in US$213 million of investment in heat network infrastructure.

The policy options available to cities often are influenced by national frameworks and the extent of devolved authority. This publication outlines the policy best practices that local governments can use within these four broad capacities, accounting for diverse national frameworks.

To facilitate the transition to modern district energy systems, UNEP has launched a new initiative on District Energy in Cities, as the implementing mechanism for the Sustainable Energy for All (SE4ALL) District Energy accelerator. As part of this initiative UNEP has developed a policy and investment road map comprising 10 key steps to accelerate the development, modernization and scale-up of district energy in cities.

A decision tree, developed as an outcome of this publication and of the exchanges with the 45 champion cities, will guide cities through these various stages and highlight tools and best practices that could be available to local governments in their roles as planner and regulator, facilitator, provider and consumer, coordinator and advocate. Twinning between cities – matching champion ones with learning ones – will be a key component of the new district energy initiative led by UNEP.

Notes to Editors

One of the three objectives of the Sustainable Energy for All initiative is the doubling of the global rate of improvement in energy efficiency by 2030. The Global Energy Efficiency Accelerator Platform was established to help reach this objective, by supporting accelerated action to improve energy efficiency in specific sectors, such as district energy, lighting, appliances, vehicle efficiency, buildings or industry. The Global Initiative on District Energy in Cities is the implementation mechanism for the SE4ALL District Energy Accelerator.

Additional quotes

« Today, cities account for over 70 per cent of global energy consumption. This asks for a swift and sustainable transition in urban heating, cooling and electricity.With the publication of District Energy in Cities: Unlocking the Potential of Energy Efficiency and Renewable Energy cities get practical guidance on how to achieve this transition while increasing reliability of energy supply, saving money, creating jobs and decreasing emissions. Being a lead partner of the initiative, ICLEI offers support to cities interested in successfully managing their versatile and crucial role for delivery on the ground – from integrated urban and energy planning to bringing stakeholders together- to harness the multiple benefits of district energy in cities, » Gino Van Begin, Secretary General, ICLEI – Local Governments for Sustainability.

« The District Energy in Cities: Unlocking the Potential of Energy Efficiency and Renewable Energy publication offers essential information and practical guidance to any city interested in a local low-emission energy supply mix. The City of Seoul is honoured to be a contributor to this handbook as well as the Accelerator platform, hoping for other local governments to also start applying district energy in their communities, » Park Won-soon,Mayor of Seoul, South Korea.

« It is an honour for Sonderborg with our ProjectZero transition project to be featured as district heating champion city in the UNEP publication. Green district heating is the backbone for our ZEROcarbon goal and we are grateful to inspire other cities. The publication is a great tool for every city that wants to meet ambitious carbon targets and they are all welcome to visit Sonderborg – as seeing is believing, » Erik Lauritzen, Mayor of Sonderborg, Denmark.

« The need for cities and towns to become more sustainable and to reduce their carbon emissions is imperative as urban populations grow rapidly. Leaders of many municipalities are already showing strong initiative to improve the lifestyles and livelihoods of their citizens while improving the environment, both locally and globally. District Energy in Cities: Unlocking the Potential of Energy Efficiency and Renewable Energy highlights key technology options available to communities to provide heating and cooling services in a cost-effective manner and with low environmental impacts. The findings of this report should be studied carefully by all policymakers and private developers who are endeavouring to achieve a more sustainable future, » Ralph Sims, professor at Massey University, New Zealand, and member of the Scientific and Technical Advisory Panel of the Global Environment Facility.

« District Energy in Cities: Unlocking the Potential of Energy Efficiency and Renewable Energy is a timely, comprehensive and useful knowledge tool. An essential part of the agenda for sustainable cities, district heating and cooling offer a tremendous, cost-effective opportunity to reduce greenhouse gas emissions while improving energy security and providing affordable energy solutions for residents. This publication provides a pragmatic, high-level analysis of major issues – including technological solutions, costs, business models, and the roles and capacities of the public and private sectors – and offers the way forward. It includes an extremely useful set of nearly 40 specific, practical examples of best practices from around the world. Overall, the District Energy in Cities Initiative offers a great platform for cooperation among cities, the private sector and multilateral development institutions, » Alexander Sharabaroff, Operations Officer (Energy), International Finance Corporation.

« With the publication of District Energy in Cities: Unlocking the Potential of Energy Efficiency and Renewable Energy, UNEP has made a hugely valuable contribution to the climate and energy debate. Not only does it rightly identify the specific challenge of supplying low carbon heat to the urban environment as a necessary element of the general energy transition, it provides highly practical advice and analysis for policy-makers on how this can be achieved. An elegant demonstration of the value of thinking globally while acting locally, UNEP’s effort to drive emergence of District Energy as a solution for cities is the right initiative at the right moment! » -Paul Voss, Managing Director, Euroheat & Power.

« District Energy in Cities: Unlocking the Potential of Energy Efficiency and Renewable Energy provides a critical set of information to cities as they develop action plans to meet sustainability, energy and climate goals. By providing thoughtful analysis of both key barriers and successful best practices, this handbook helps decision makers quickly identify important issues and successful tactics from peer cities as they move forward with district energy. The District Energy Accelerator is a valuable platform to advance district energy through resources such as this and by connecting stakeholders for greater collaboration, » Katrina Pielli, Senior Policy Advisor, Office of Energy Efficiency and Renewable Energy, U.S. Department of Energy.

« We very much support UNEP’s work on District Energy in Cities – this publication shows that energy-efficient district energy systems as basis for climate mitigation and socio-economic benefits are not a question of technology. It is a question of forward-looking and sustainable city planning. It is a question of always looking for solutions. And cities show that they are already today the pragmatic implementers of this technology. This publication is clearly a guide for all mayors that want their city to be at the forefront of low-carbon development for healthy and liveable cities. Danfoss invites all interested private sector actors to join the District Energy in Cities Initiative and support the dissemination of this knowledge and transfer of technical expertise in cities and countries worldwide, » Niels B. Christiansen, Danfoss CEO.

Download the full report at www.unep.org/energy/des

For more information please contact:

Shereen Zorba, Head of News and Media, UNEP

+254 788 526000, Shereen.Zorba@unep.org

Niamh Brannigan, News Desk, UNEP

+254 7177 33348, unepnewsdesk@unep.org

Cartographie nationale de chaleur : les exemples de l’Angleterre et de l’Ecosse

Heat Map Angleterre - Vue sur Liverpool

La directive européenne relative à l’efficacité énergétique (2012) impose à chaque État-membre de réaliser, d’ici décembre 2015, une carte nationale des besoins de chaleur. Les cartes ainsi réalisées doivent être transmises à la commission européenne. Mais certains pays ont fait le choix d’aller plus loin, et de mettre les résultats à disposition de tous les acteurs, à travers des plates-formes de consultation cartographie interactive, librement accessibles par internet. L’objectif de cette publication des données sous forme cartographique est de contribuer à l’identification des territoires, villes, quartiers, sur lesquels des enjeux importants existent en matière de chauffage des bâtiments. Ainsi, il est possible de plus facilement cibler les secteurs sur lesquels des études plus fines peuvent être menées, pour déclencher des projets (réseaux de chaleur ou de froid, opérations massives de rénovation énergétique, campagnes de sensibilisation des habitants aux mesures d’efficacité énergétique…).

L’Angleterre a eu un positionnement précurseur en ouvrant sa « national heat map » début 2012. L’Ecosse a quant à elle lancé sa plate-forme en 2014. En France, une initiative similaire a été menée à l’échelle de la région Ile-de-France, avec une plate-forme ouverte également en 2014 et un focus particulier sur les réseaux de chaleur.

Nous vous proposons deux articles pour en savoir plus sur ces plates-formes mises en place outre-Manche, leur contenu, leurs fonctionnalités, leurs modes de représentation des données :

Voir aussi :

Récupération de la chaleur sur une usine d’incinération à Saint-Saulve (dans le Nord)

Saint-Saulve : l’usine d’incinération ne va plus laisser perdre la chaleur

Source : lavoixdunord.fr – 18 février 2015

De gros investissements sont prévus pour rénover l’incinérateur, dans le cadre du renouvellement de contrat avec EDF, à qui est vendue l’électricité produite. L’usine va revenir à un réseau de chaleur, qui relèvera le taux de rendement énergétique et fera baisser la taxe générale sur les activités polluantes.

lire l’article complet

Les avantages de la récupération de la chaleur

Les avantages de récupérer la chaleur en réseau pour les UIOM (usines d’incinération des ordures ménagères) :

  • baisser la facture
  • supprimer les ventilateurs d’évacuation de la chaleur
  • rendre plus rentable les investissements
  • augmenter le rendement énergétique (par rapport à une production uniquement d’électricité) ce qui permet de baisser la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP)
  • et surtout valoriser la chaleur en chauffant des bâtiments, chaleur qui autrement serait perdue

Pour en savoir plus

Chiffres clés de l’énergie – édition 2014

Source: http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/publications/p/2369/969/chiffres-cles-lenergie-edition-2014.html

Repères – février 2015

La publication annuelle des « Chiffres clés de l’énergie », par le couerture-chiffres-cles-energieservice de l’observation et des statistiques, vise à mettre à disposition d’un large public les éléments clés des questions énergétiques en France et dans le monde. En prenant du recul dans le temps, autant que les données le permettent, tableaux et graphiques montrent les principales évolutions à l’œuvre, et s’efforcent de fournir des éléments utiles, notamment après l’adoption du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte.
Cette loi trace pour les décennies à venir les grandes orientations de la politique énergétique du pays, pour répondre aux défis sociaux, économiques et environnementaux que pose l’énergie. Elle précise les objectifs en matière de production énergétique, de niveau et de composition de l’énergie consommée, et d’évolution des émissions de gaz à effet de serre. La trajectoire vers ces cibles chiffrées devra être suivie avec attention.

Prendre en compte les réseaux de chaleur dans les PCET

Le projet de loi sur la transitionpcet énergétique pour la croissance verte, dans sa dernière version (janvier 2015), prévoit que les PCET, devenus PCEAT, devront obligatoirement aborder la question des réseaux de chaleur dans leurs plans d’actions. Cette évolution s’inscrira dans un cadre plus général renforçant la prise en compte des réseaux de chaleur, depuis les SRCAE (état des lieux obligatoire) au PLU (qui devra obligatoirement fixer les orientations en matière de réseaux d’énergie), en passant par le schéma directeur qui pourrait devenir obligatoire pour tous les réseaux existants.

Les réseaux de chaleur constituent un outil puissant des territoires pour atteindre les objectifs de la transition énergétique. À la croisée des problématiques d’aménagement urbain et de développement des EnR, cet outil est déjà bien ancré dans le paysage de certaines collectivités. Cet article récapitule les bonnes pratiques et les points de vigilance relevés dans les PCET des principales agglomérations française et futures métropoles au regard des réseaux de chaleur.

Territoires à énergie positive : les 212 lauréats de l’appel à projets

Carte des candidats TEPCVLe Ministère du Développement Durable vient de dévoiler la liste des 212 lauréats (sur 528 candidats) de l’appel à initiatives « Territoires à énergie positive pour la croissance verte ».

Les territoires sélectionnés bénéficieront d’« une aide financière de 500000€ qui pourra être renforcée jusqu’à 2 millions d’euros en fonction de la qualité des projets et de leur contribution aux objectifs inscrits dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte. » Le ministère précise que « ces subventions doivent permettre de financer rapidement des projets qui contribuent efficacement à la baisse de la consommation d’énergie sur le territoire, à la production d’énergie renouvelable et à la mobilisation citoyenne. »

Plusieurs territoires lauréats disposent d’un réseau de chaleur, qui contribue à la mobilisation locale des énergies renouvelables et de récupération. Certains candidats ont d’ailleurs centré leur dossier sur le thème du développement ou de la construction d’un réseau de chaleur, tels que la Communauté de Communes du Pays d’Albret (Landes) avec un « projet de réseau de chaleur par chaudière à bois à Labrit », la ville de Clichy-la-Garenne dans les Hautes-de-Seine (« Vers un réseau de chaleur renouvable »), la commune de La Canourgue (Lozère) et son projet de réseau de chaleur biomasse, ou la communauté urbaine de Dunkerque avec un projet d’extension de son réseau.

Points d’actualité ADEME 2015 réseaux de chaleur

Voici quelques points d’actualité sur la mobilisation pour les réseaux de chaleur. Vous trouverez des informations détaillées sur le site de l’ADEME.

1-Méthode fonds chaleur 2015 en ligne

Les principales évolutions:
– Passage des aides maxi de 55% à 60%
– Extensions du périmètre des aides forfaitaires « petits dossiers »
-Création d’une rubrique « récupération de chaleur industrielle » permettant d’aider les modifications de process en vu d’injecter la chaleur récupérée sur un réseau (technique ou « de chaleur ») : Un lien à faire entre l’étude nationale des besoins de chaleur et les études cartographiques des potentiels de chaleur en région 100/150°C-150/200°C.

2- Colloque National énergie industrie 18 et 19 Mars 2015 à Marseille

Un atelier est dédié à la chaleur fatale industrielle : de nombreux industriels seront présents (cimenterie, papeterie… ), notamment à l’atelier 5  le jeudi matin « Energies fatales , une manne à exploiter ».
Un état des lieux des enjeux, gisements, cartographie, solutions techniques et retours d’expérience  sera présenté.
Une présence indispensable des acteurs de la filière réseaux de chaleur !

-> Pour information, une analyse coûts-avantages pour la valorisation de la chaleur fatale sur réseau de chaleur est obligatoire pour les « grosses » installations. Les installations pour lesquelles cette analyse n’est pas obligatoire sont aussi bien sûr invitées à réfléchir à la question de valorisation de la chaleur fatale. La mise en relation entre les porteurs de projet réseaux de chaleur et les industriels est ainsi favorisée par ce colloque.

3- Appel à projet NTE 2015

Rappel des 2 dates de dépôt des dossiers pour l’appel à projet Nouvelles Technologies Emergentes édition 2015  :
– avant le 13 février 2015 à 16h00 pour la première clôture ;
– avant le 17 juillet 2015 à 16h00 pour la dernière clôture.
Cet appel à projet offre la possibilité d’accompagner des réseaux 4 tubes chaud+ Froid avec thermo-frigopompe eau/eau , ainsi que les réseaux d’eau tempérés avec PAC décentralisées.

Entretiens du Cerema « Territoires et villes durables » – 3 et 4 février 2015 à Lyon

150115_entretiens_Cerema_fev2015
Le Cerema et le CNFPT organisent,

les 3 et 4 février 2015,
au Centre de Congrès de Lyon,

les premiers Entretiens du Cerema
“Territoires et villes durables“ –
Biennale de l’ingénierie territoriale du CNFPT
.

Cette rencontre rassemblera un grand nombre de professionnels et d’acteurs des politiques urbaines et territoriales. Elle sera l’occasion de partager des expériences, d’échanger et débattre entre praticiens, décideurs et opérateurs de terrain.

Quatre thématiques d’actualité, marquant plusieurs inflexions majeures qui affecteront durablement les politiques publiques dans les prochaines années, traceront les lignes de force de cet événement :

  • la transition énergétique,
  • le développement durable,
  • l’égalité des territoires,
  • la raréfaction des ressources publiques.

Ces journées s’articuleront autour de deux plénières, une douzaine d’ateliers et des forums.

Source : www.evenement.cerema.fr

Analyse coûts-avantages pour valoriser la chaleur fatale à travers un réseau de chaleur

Cheminée d'un centre d'incinération à valorisation énergétiqueLa directive européenne 2012/27/UE relative à l’efficacité énergétique devrait permettre une meilleure valorisation de la chaleur fatale. Désormais, les émetteurs de chaleur fatale situés à proximité d’un réseau de chaleur devront réaliser une analyse coûts-avantages afin d’étudier les possibilité de valorisation de la chaleur fatale et, si la solution est jugée rentable, elle devra être mise en œuvre. De même, tout projet de réseau de chaleur devra également évaluer les différents potentiels de récupération de chaleur fatale.

Ce sont les articles 14.5 à 14.8 ainsi que l’annexe IX de cette directive qui traitent spécifiquement de cette analyse couts-avantages. Ils sont transposés dans le droit français dans le Décret n° 2014-1363 du 14 novembre 2014. L’ Arrêté du 9 décembre 2014 précise les catégories d’installations visées ainsi que le contenu de l’analyse permettant d’évaluer l’intérêt de valoriser de la chaleur fatale à travers un réseau de chaleur ou de froid .

mainovaCette analyse est obligatoire pour les installations d’une puissance thermique totale supérieure à 20 MW et soumises à autorisation au titre de la réglementation des installations classées (ICPE). Les principaux secteurs concernés par ces textes sont l’énergie, le traitement thermique de déchets, le verre, la chimie, la sidérurgie, le papier-carton, le ciment ainsi que l’agroalimentaire. La liste des exemptions figure dans le décret. Globalement, les exemptés sont les installations de production d’électricité mais aussi celles qui rejettent de la chaleur inférieure à 80°C. Si le réseau de chaleur est trop éloigné de l’installation émettrice par rapport à la quantité de chaleur valorisable, là aussi, l’analyse devient optionnelle.

L’analyse doit figurer dans l’étude d’impact et comporte la description de l’installation et de la solution de valorisation de la chaleur fatale. Les échanges entre le gestionnaire du réseau de chaleur d’une part et celui de l’installation industrielle d’autre part doivent être également annexés au dossier. La partie économique et financière de l’analyse modélise sur 20 ans les flux de trésorerie liés aux investissements et à leur exploitations. Une analyse démontrant la rentabilité d’un projet de valorisation de la chaleur entraine la mise en œuvre de cette solution.

Si cette loi a pour but essentiel d’amorcer le dialogue entre propriétaires de réseaux de chaleur et  industriels,  toute démarche spontanée de coopération (hors loi) peut également aboutir à un projet rentable des deux points de vue. Certain réseaux de chaleur valorise en effet de la chaleur industrielle depuis déjà plusieurs années avec succès!

Retrouvez tous les textes de loi:

Retrouvez ici l’article sur la place des réseaux de chaleur dans la directive.

En savoir plus sur la chaleur fatale et l’énergie de récupération:

Les exemples déjà en fonctionnement:

Outre les usines d’incinération des ordures ménagères qui valorisent déjà leur chaleur fatale, d’autres projets ont vu le jour avant la sortie de la loi.

Actualités sur les réseaux de chaleur, réseaux de froid et énergies renouvelables, en lien avec la planification et l'aménagement des territoires

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 535 autres abonnés