Archives pour la catégorie Non classé

Le réseau d’Orléans traverse la ligne de train

Source : girus.fr

Passerelle sur le train pour le réseau d'Orléans

Une passerelle de 24 m a été posée la nuit afin de relier la chaufferie existante au gaz et la nouvelle chaufferie cogénération biomasse.

Rappel

Il y a 2 réseaux de chaleur à Orléans. Les chiffres clés sont les suivants :

  • Près de 15 000 logements concernés (soit 27% de la ville d’Orléans)
  • 87 millions d’€ d’investissement pour les deux projets
  • 52 km de réseaux
  • 90 000 tonnes d’émissions de CO2 évitées, soit l’équivalent de 40 000 voitures
  • mi-2014, les 2 réseaux du chauffage urbain seront alimentés à la biomasse

Pour en savoir plus

Nouvelle présentation du blog et du centre de ressources sur les réseaux de chaleur

Réseaux de chaleur et territoires : le blog

Réseaux de chaleur et territoires - Le blog

Comme vous avez pu le constater si vous visitez régulièrement le blog, nous en avons modifié la présentation. Le contenu et l’organisation des catégories restent les mêmes. N’hésitez pas à nous faire parvenir vos remarques, par un commentaire ci-dessous ou par mail à reseaux-chaleur@cerema.fr.

Nous avons également modifié le titre du blog, afin de matérialiser notre orientation éditoriale sur les liens entre les réseaux de chaleur d’une part, et les questions de planification territoriale, d’aménagement et de construction d’autre part.

L’adresse reste la même : reseauxchaleur.wordpress.com ou blog.reseaux-chaleur.fr (redirection).

Réseaux de chaleur et territoires : le site

Réseaux de Chaleur et Territoires

En raison d’une réorganisation des espaces de diffusion web des différents services du Cerema en 2014, et afin de maintenir une continuité d’accès à nos publication pendant les travaux, nous avons déplacé l’essentiel des contenus relatifs aux réseaux de chaleur qui étaient jusqu’à présent hébergés dans une rubrique dédiée, sur le site de service de l’ex-CETE de l’Ouest.

Fiches « découverte », fiches « action », guides, études et données… Vous pouvez désormais retrouver ces contenus sur un site thématique temporaire, jumeau du présent blog (même charte graphique, même structure générale des pages), à l’adresse suivante : reseauxchaleurterritoires.wordpress.com.

L’ancienne adresse www.reseaux-chaleur.fr a été redirigée vers ce site. Si vous ne retenez qu’une adresse, retenez celle-ci ; nous actualiserons la redirection si nous déménageons à nouveau nos contenus.

Comme pour le blog, vos remarques sur ce site temporaire sont les bienvenues.

Blog et site : quelles différences ?

La répartition des contenus entre le blog et le site (ou centre de ressources) ne change pas.

Bandeau blog

Nous publions sur blog.reseaux-chaleur.fr des informations provenant de nombreuses sources : actualités identifiées à travers notre mission de veille, signalement de nouvelles publications réalisées par nos partenaires ou nous-mêmes, etc. Nous ne nous engageons pas sur le contenu des informations relayées. Les publications sont fréquentes et les informations souvent éphémères. L’organisation visuelle du contenu est plutôt chronologique.

Bandeau site

Nous publions sur www.reseaux-chaleur.fr les ressources officielles, produites par nous-mêmes ou mises à disposition par nos partenaires tels que l’ADEME. Le contenu est plus institutionnel, validé, et pérenne. Les publications sont moins fréquentes que sur le blog. L’organisation du contenu est thématique et non chronologique.

Abonnements

Les modalités d’abonnement au blog sont inchangées : par flux RSS, par mail (ci-contre, dans la colonne de gauche). Notre compte Twitter est également mis à jour automatiquement à chaque nouvel article publié sur le blog : @reseaux_chaleur.

Toute nouvelle publication sur le site www.reseaux-chaleur.fr sera signalée sur le blog blog.reseaux-chaleur.fr.

Centre de ressources Réseaux de Chaleur : nouvelle adresse www.reseaux-chaleur.fr

Afin de préparer de futures évolutions (réorganisation de services avec la création du Cerema et réorganisation technique du contenu avec un changement de plate-forme web), et également pour disposer d’une adresse plus lisible, le centre de ressources sur les réseaux de chaleur géré par le CETE de l’Ouest change d’adresse.

A terme (échéance indéterminée à ce stade), l’adresse www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr/reseaux-de-chaleur-r173.html devrait disparaître. L’adresse www.reseaux-chaleur.fr continuera de fonctionner et de pointer vers la bonne destination, quelles que soient les futures évolutions. Pensez à mettre à jour vos favoris et n’hésitez pas à transmettre cette nouvelle adresse à vos contacts intéressés par les questions d’énergies renouvelables et d’aménagement énergétique des territoires.

Certificats d’économie d’énergie

Le dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE) est en phase de consultation et de décision sur les évolutions du dispositif pour sa troisième période. Des observations, commentaires ou réactions peuvent être postés jusqu’au 15 avril à cette adresse : concertation-cee@developpement-durable.gouv.fr. Vous trouverez plus d’informations sur le lancement de la préparation pour la 3ème période des CEE sur le site du MEDDE.

Une nouvelle lettre d’information sur les CEE a été publiée en février 2013. Elle présente notamment le bilan du dispositif depuis sa création jusqu’au 31 janvier 2013, ainsi que les modalités d’application de l’arrêté du 31 octobre 2012 définissant les opérations standardisées d’économies d’énergie, publié au JO du 14 novembre 2012. Cet arrêté conduit à la création de 22 nouvelles fiches d’opérations standardisées, à la révision de 30 fiches et à la suppression de 2 fiches.

Concernant les réseaux de chaleur, il existe 2 nouvelles fiches d’opérations standardisées d’économies d’énergie :

RES-CH-05 – Passage d’un réseau de chaleur en basse température (format pdf – 459.9 ko)

RES-CH-06 – Renforcement du calorifuge des canalisations d’un réseau de chaleur en caniveau (format pdf – 426.6 ko)

et  2 fiches ont été révisées :

RES-CH-01 – Production de chaleur renouvelable ou de récupération en réseau (France métropolitaine) (format pdf – 473.3 ko)

BAT-TH-27 – Raccordement d’un bâtiment tertiaire à un réseau de chaleur alimenté par des énergies renouvelables (format pdf – 445.8 ko)

La page sur les certificats d’économie d’énergie pour les opérations concernant les réseaux de chaleur du site réseaux de chaleur du CETE de l’Ouest a été mise à jour suite à ces nouvelles fiches.

Vous trouverez également toutes les fiches d’opérations standardisées d’économies d’énergie et informations concernant les CEE sur le site du MEDDE.

Augmentation de la consommation énergétique du secteur tertiaire : un potentiel de développement pour les réseaux de chaleur

Le service de l’observation de la statistique (SOeS), du ministère de l’écologie du développement durable et de l’énergie (MEDDE)  a publié le n°369 des Chiffres&Statistiques « Dix ans de consommation d’énergie dans le secteur tertiaire » en novembre 2012.

L’étude réalisée par le SOeS montre une hausse de la consommation du secteur tertiaire :

– le secteur tertiaire entendu comme étant les activités de la comptabilité nationale telles que les commerces, les services et les enseignements

– la consommation comprenant les combustibles mais non les carburants (consommation liée au bâtiment mais non au transport)

Comme le montre ce schéma, la consommation du secteur tertiaire a progressé de + 15 % entre 2001 et 2010, alors que la consommation des autres secteurs (résidentiel, industrie, transport, agriculture) a diminué.
En 2010, la consommation finale énergétique du secteur tertiaire est de 26 Mtep. Les réseaux de chaleur contribuent pour environ 7 % dans la fourniture énergétique soit un peu moins de 2 Mtep.

Les réseaux de chaleur sont un moyen d’utiliser les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R), ainsi le Grenelle de l’environnement a fixé un objectif de triplement du nombre d’équivalents-logements raccordés à un réseau de chaleur pour 2020. Actuellement, la chaleur livrée par les réseaux de chaleur est consommée à environ 1/3 par le secteur tertiaire et 2/3 par le résidentiel. Pour plus de détails voir la fiche du CETE de l’Ouest sur les réseaux de chaleur en France.

L’augmentation de la consommation du secteur tertiaire offre ainsi un potentiel grandissant de développement des réseaux de chaleur. Or ce potentiel est aujourd’hui peu utilisé, comme le montre le graphique précédent.

Cette hausse de consommation dans le secteur tertiaire est due, selon l’étude, à la progression du secteur tertiaire dans l’économie ainsi qu’au développement de certains usages tels que la climatisation et l’informatique (exemple : data centers) :

– cela offre un potentiel pour le développement des réseaux de froid, qui sont aujourd’hui minoritaires. Pour plus d’informations, voir la fiche du CETE de l’Ouest sur « les réseaux de froid ».

– ainsi qu’une nouvelle source de chaleur fatale pour les réseaux (bâtiments qui rejettent plus de chaleur du fait de l’utilisation accrue de la climatisation). Cela participe à l’objectif du Grenelle de l’environnement de + 2.5 Mtep d’EnR&R livrée par les réseaux de chaleur, d’ici 2020.
Exemple de réseau utilisant cette source fatale d’énergie : le réseau de Marne-la-Vallée est alimenté en partie par la chaleur d’un data center de 8 000 m² et permet de chauffer 600 000 m² de locaux.
Voir la fiche du CETE de l’Ouest sur « les nouvelles sources d’énergie pour les réseaux de chaleur ».

Les émissions directes de CO2 des ménages selon leur localisation

Le SOeS (Service de l’Observation et des Statistiques – MEDDE/CGDD) publie la synthèse d’une étude menée par des chercheurs de l’Inra caractérisant les émissions directes de CO2 des ménages.

S’appuyant sur les données des enquêtes Logement (2002 et 2006) de l’Insee, cette étude tend à caractériser les émissions des ménages suivant la caractéristique du logement et les navettes vers le lieu de travail ou d’études. On y apprend notamment, que les pôles urbains, du fait de l’ancienneté du parc de maisons individuelles émettent plus de CO2 que les pôles périurbains. A l’inverse, les émissions de CO2 liées aux déplacements sont plus faibles dans les pôles urbains que leur couronne périurbaine.

Pour en savoir plus : Lien vers le site Internet du MEDDE

Téléchargement : Le point sur « Les émissions directes de CO2 des ménages selon leur localisation »

2012 : année internationale de l’énergie durable pour tous

https://i0.wp.com/www.un.org/fr/events/sustainableenergyforall/images/banner.png

Reconnaissant l’importance de l’énergie pour le développement durable, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé dans sa résolution 65/151, l’année 2012, Année internationale de l’énergie durable pour tous.

Cette Année internationale de l’énergie durable pour tous est l’occasion de sensibiliser à l’importance d’améliorer l’accès durable à l’énergie, l’efficience énergétique, et l’énergie renouvelable au niveau local, régional et international.

Les services énergétiques ont un effet profond sur la productivité, la santé, l’enseignement, les changements climatiques, la sécurité alimentaire et la sécurité de l’approvisionnement en eau ainsi que les services de communications.

C’est pourquoi l’absence d’accès à une énergie propre, abordable et fiable entrave le développement humain, social et économique et constitue un obstacle majeur à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.

Pourtant, 1,4 milliard de personnes n’ont pas accès à une énergie moderne, tandis que trois milliards de personnes dépendent de la « biomasse traditionnelle » et du charbon comme source principale de combustible.

Source : site internet de l’ONU via MEDDTL

District Energy Awards : ouverture des inscriptions

Les District Energy Awards visent à valoriser les meilleures initiatives au plan mondial dans le domaine des réseaux de chaleur et de froid exploitant les énergies renouvelables et de récupération.

L’évaluation des candidatures est supervisée par l’Agence Internationale de l’Energie.

En 2009, le réseau de chaleur de l’agglomération de Dunkerque figurait parmi les lauréats.

Les candidatures pour l’édition 2011 sont ouvertes ; voir les explications détaillées sur le site des District Energy Awards.