Tous les articles par Pôle Réseaux de Chaleur - Cerema

Pôle Réseaux de Chaleur - Département Villes et Territoires - DTerOuest - Cerema

Le Fonds chaleur : le MTES étudie son évolution

Par lettre de mission en date du 19 décembre 2017, le Ministre d’État du Ministère de la Transition écologique et solidaire a souhaité que soit étudiés l’opportunité et les modalités de transformation des aides à l’investissement du Fonds chaleur en aide à la production de chaleur renouvelable.

Le 25 septembre dernier, le rapport de cette mission a été publié par le Conseil Général de l’Environnement et du Développement durable (CGDD) et le Conseil général de l’Économie, de l’Industrie, de l’Énergie et des Technologies (CGE).

Le document remis au Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) propose un retour sur les différents mécanismes de soutien aux énergies renouvelables, notamment la chaleur, et le froid, renouvelable. Les alternatives possibles au mécanisme actuel du Fonds chaleur sont analysées et couplées aux résultats d’auditions des professionnels de la filière étudiée. Ces résultats permettent ensuite de dégager deux axes de propositions : réglementaires et techniques. Par ailleurs, il est rappelé l’intérêt pour la filière de maintenir, voire renforcer, son argumentaire en ce qui concerne son indépendance au marché des énergies fossiles.

En substance, la mission considère qu’une modification du Fonds chaleur, d’aides à l’investissement en aide à la production n’est pas opportun. Elle propose de consolider le modèle existant et d’agir sur des pistes concrètes au délai opérationnel réduit. La mission suggère enfin d’opérer un transfert maîtrisé et juste des aides aux énergies renouvelables électriques vers les thermiques. Pour cela, une attention particulière devra être portée au cas de la cogénération afin d’appréhender précisément sa contribution à la chaleur.

Pour en savoir plus

Publicités

Chiffres clés des énergies renouvelables – Édition 2018

Comme chaque année le commissariat général au développement durable (CGDD) publie une étude sur les chiffres clés des énergies renouvelables. Cette nouvelle édition rassemble les statistiques les plus récentes proposées par le Service de la donnée et des études statistiques.

Elle répond à trois questions :

– Quel est le poids des énergies renouvelables en France ?

– Quelles sont les différentes filières d’énergies renouvelables présentes en France ?

– Quelle est la place de France en matière d’énergies renouvelables, en Europe et dans le monde ?

Vous pouvez retrouvchiffres clés cgdd 2018er cette édition en cliquant sur le lien ci-contre : Chiffres clés des énergies renouvelables – Édition 2018

Le pôle Réseaux de chaleur vous propose en outre un résumé de cette édition axé sur les réseaux de chaleur et de froid, téléchargeable sur son centre de ressource au lien suivant : Reseaux-chaleur.cerema.fr

Bordeaux Métropole : un nouveau réseau de chaleur alimenté par un réservoir du jurassique

La métropole de Bordeaux va créer un réseau de chaleur de 25 km, alimenté par un doublet géothermique à 1700 mètres de profondeur. L’extraction aura lieu dans un réservoir du jurassique, une première pour Bordeaux. Ce projet géothermique comportent des risques techniques importants : quantité d’eau pouvant être extraite, failles du réservoir et méconnaissance du réservoir.

forage bordeaux jurassique

Cependant, ce projet permettra d’alimenter près de 2.000.000 m² de projets urbains neufs, en face du centre historique de la ville.

Face à cet enjeu énergétique et environnemental important, l’ADEME accompagne le projet en couvrant financièrement à hauteur de 90% le risque d’échec sur les forages. Une chaufferie bois sera ainsi aménagée pour accompagner l’approvisionnement de chaleur en cas de replis du forage à une profondeur de 900 mètres.

En 2020, le réseau de chaleur bénéficiera d’un mix énergétique basé sur la mise en service de la centrale géothermique (82% du mix) et sur une chaufferie gaz (18%) qui permettront de desservir l’équivalent de 28 000 logements soit une consommation de chaleur de 98 GWh.La chaufferie centrale gaz bordeaux.png

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour plus d’information : http://plainedegaronneenergies.reseau-chaleur.com

 

Le 19 juin 2018, la FNCCR abordera la question du froid

Les prévisions climatiques montrent que les vagues caniculaires vont augmenter en fréquence et en intensité. Il va donc falloir s’habituer à vivre avec ces épisodes de fortes chaleur, d’où l’importance de mettre en place de vraies stratégies d’aménagement du rafraîchissement de l’espace urbain ainsi des moyens de production et de distribution du froid renouvelable.

C’est ainsi que la Fédération nationale des collectivité concédantes et régies introduit la journée d’étude qu’elle organise le 19 juin 2018. Le froid sera au coeur des échanges qui aborderont notamment les problématiques liées au rafraîchissement urbain, à la gestion et la distribution du froid renouvelable par des réseaux dédiés.

Lors de cette journée seront également présentés :

  • Les outils existants pour réaliser une démarche intégrée de planification et de connaissance de l’aménagement urbain, notamment dans le diagnostic des îlots de chaleur urbain ;
  • Des retours d’expérience dans le confort d’été, à la fois à l’échelle du bâtiment pour rafraîchir sans apport extérieur et à l’échelle du quartier, pour rafraîchir en mobilisant les ressources locales du territoire et les documents d’aménagement ;
  • La dynamique internationale sur le sujet, à la fois sur les textes réglementaires européens et sur les études internationales en cours sur la production de froid, notamment renouvelable ;
  • Les accompagnements financiers pour les projets.

Plus d’informations disponibles sur cette journée du 19 juin 2018 en visitant la page dédiée du FNCCR en cliquant sur ce lien.

La France en tête du marché européen de la géothermie

Le 24 mai 2018, ENGIE Réseaux et le Syndicat des Énergies Renouvelables associés au Conseil européen de l’énergie géothermique (EGEC) et à la ville de Villepinte se sont réunis afin de faire un point d’étape sur les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie géothermie (PPE) et évoquer la place de la France dans le marché européen de la géothermie.

Les acteurs de la filière géothermique, experts et décideurs politiques, ont alors abordés les sujets d’actualités tels que la transition énergétique, le rôle de la géothermie et son potentiel de développement.

Renforcée par le contexte favorable sur le bassin parisien, la France apparaît en tête du marché géothermique en Europe. En croissance de 38 % par rapport à 2013, ce marché représentait 388 millions d’euros en 2015. Ainsi , le territoire national est couvert par plus de 70 installations géothermique qui fournissent en chaleur près de 300 000 équivalents logements (187 000 au sein de l’agglomération parisienne). Cette solution permet d’éviter l’émission annuelle d’environ 240 000 tonnes de CO2.

Ce point presse précédait les « Journées Porte Ouvertes » (JPO), une initiative nationale de promotion des différentes filières des énergies renouvelables auprès du grand public, organisées les 25 et 26 mai.

GéoPicta à Villepinte, EGEC

L’occasion pour les participants de visiter en amont de l’événement les installations du réseau de chaleur de Villepinte, exploité dans le cadre d’une DSP, par ENGIE Réseaux.

Baptisé GéoPicta, cette infrastructure construite en 1976 s’est convertie récemment (2014) à la géothermie qui atteint désormais 64 % du mix énergétique. Depuis, de nombreuses transformations ont été opérées afin de « verdire » et optimiser son fonctionnement.
Disposant d’une puissance totale de 40 MW (dont 11 MW issue de la géothermie), GéoPicta fournit le chauffage et l’eau chaude sanitaire via 52 points de livraison au long de 7 km de réseaux à 5 200 équivalents logements.

COLLOQUE « Chaleur fatale : Un gisement considérable et une priorité en Ile-de-France » – Jeudi 28 juin 2018

2018-05-24 11_20_16-Démarrer

L’ATEE Ile-de-France organise, en collaboration avec l’ADEME Ile-de-France, et en partenariat avec la FNCCR, un colloque dédié à la récupération de la chaleur fatale :

Jeudi 28 juin 2018 au Forum de Grenelle – 15e arrondissement de Paris.

Ce colloque a pour objectif de rassembler collectivités, administration, associations,  entreprises et industriels pour échanger sur les solutions techniques, les aspects  économiques, la réglementation et la mise en pratique de telles solutions, avec des  retours d’expérience à l’appui :

• Quel est le contexte règlementaire actuel ?
• Quels sont les gisements de chaleur fatale ? Pour quels enjeux ?
• Comment récupérer et valoriser cette énergie ?
• Comment financer les projets de valorisation ?
• Des Retours d’expérience de collectivités, du secteur tertiaire ou d’industriels  (techniques, économiques, motivations, freins, leviers, …) sur des opérations de  récupération de chaleur sur des usines d’incinération, Data center et industries.

Retrouvez sur ce lien le programme complet de la journée et la fiche d’inscription au colloque.

ADEME : Appel à projets «Concours d’ innovation »

2017-12-22 13_27_20-Concours d'innovation PIA_decembre2017_010403.pdf - Adobe Acrobat Reader DC

L’Appel à projets «Concours d’ innovation » a été lancé le 12 décembre et se clôture le 13 mars 2018.

Ce Concours s’adresse exclusivement aux PME et start-up dont les projets couvrent les thématiques suivantes :

  • Transport et mobilité durable
  • Agriculture innovante
  • Ecosystèmes terrestres, aquatiques et marins
  • Energies renouvelables, stockage et systèmes énergétiques. Avec les volets « optimisation des réseaux de chaleur » ; « création de passerelles entre réseaux/vecteurs d’énergie » ; «  stockage de chaleur »

Toutes les informations sont à retrouvées sur le document suivant : Concours d’innovation PIA_decembre2017

Il s’inscrit dans la continuité des Initiatives PME (IPME) et inaugure la troisième phase du Programme d’investissements d’avenir  (PIA) opéré par l’ADEME.

Vous pourrez retrouver le texte complet de l’appel à projets sur ce lien.

 

Les Avis de l’ ADEME « Les réseaux de chaleur alimentés par des énergies renouvelables et de récupération »

Les avis de l'ADEMELes réseaux de chaleur permettent d’alimenter en chaleur un quartier ou un ensemble de quartiers à partir d’un ou plusieurs moyens de production de chaleur centralisés. Pour atteindre les objectifs de la loi de Transition énergétique pour la croissance verte, il est nécessaire de multiplier par 5 la production de chaleur renouvelable et de récupération (EnR&R) délivrée par ces réseaux. Ces objectifs ambitieux sont une formidable opportunité pour les collectivités, qui peuvent, soit implanter de nouveaux réseaux EnR&R, soit faire évoluer les réseaux existants, en profitant d’opérations de densification, d’extension ou d’interconnexion, pour accroître la part d’EnR&R.

L’Avis de l’ADEME fait le point sur l’état des connaissances et propose des recommandations.

Retrouver cet avis sur :

http://www.ademe.fr/avis-lademe-reseaux-chaleur-alimentes-energies-renouvelables-recuperation

Projet HeatNet NWE – En avant vers les réseaux de chaleur 4ème génération

heatnet south dublinLe Cerema participe au projet européen HeatNet NWE, un projet interreg qui vise à développer les réseaux de chaleur faiblement émetteur de CO2 en Europe du Nord Ouest. Dans cette partie de l’Europe, la fourniture de chaleur par les réseaux de de chaleur ne dépasse pas les 7% contrairement à l’Europe Central ou l’Europe du Nord elle peut dépasser les 50%. Les réseaux de chaleur 4ème génération y sont encore plus rares malgré leurs avantages (des température plus faibles pour moins de pertes de chaleur, du stockage d’énergie pour un couplage possible avec les EnR électriques, un réseaux adaptés aux nouveaux bâtiments peu consommateurs, etc.). HeatNet NWE vise à améliorer la diffusion des bonnes pratiques concernant la mise en place de réseaux de chaleur 4ème génération.

Au total, 13 partenaires sont associés au projet pour développer des outils facilitant la mise en place de réseaux de chaleur nouvelles générations. Ils s’appuieront sur 6 sites pilotes:

  1. Boulogne-sur-Mer (France): deux réseaux de chaleur couverts par une même délégation de service public pour un mix bois+récupération de chaleur d’une station de traitement des eaux usées + gaz. Une extension vers le centre Nausicaa avec potentiellement l’utilisation des calories de la mer est étudiée ainsi qu’un  lien entre les réseaux de chaleur et le réseau de froid en création sur le port. Les deux réseaux de chaleur sont également intégrés à de grands projets de renouvellement urbain.
  2. Herleen (Pays-bas): des réseaux de chaleur basse température alimentés par la chaleur des anciennes mines de charbon aujourd’hui inondées. Plusieurs extensions sont à l’étude par l’opérateur Mijnwater déjà en charge de l’existant.
  3. Kortrijk (Belgium): la ville est en pleine démarche de planification énergétique et après avoir lancé différentes études aboutissant à des « cartes de chaleur », elle prévoit la création de plusieurs réseaux de chaleur nouvelle génération
  4. South Dublin (Ireland): l’autorité en charge de l’énergie prévoit la création d’un réseau de chaleur à partir de la récupération de chaleur d’un datacenter qui alimentera de nouveaux bâtiments.
  5. Plymouth (UK): la ville prévoit la création d’un ou plusieurs petits réseaux de chaleur cogénération pour alimenter des bâtiments publics (neufs ou réhabilitation).
  6. Aberdeen (UK) : la ville prévoit la création de plusieurs petits réseaux de chaleur basse température en commençant par un réseau de chaleur alimenté par une usine d’incinération.

Le Cerema travaille essentiellement sur la création d’un HeatNet Model, un guide sur la planification et le développement des réseaux de chaleur 4ème génération dans les collectivités d’Europe du Nord Ouest. Le projet se terminera fin 2019.

partners heatnetListe des partenaires:

  • Plymouth City Council
  • CAP 2020
  • Stad Kortrijk
  • Intercommunale Leiedal
  • Energy Cities
  • Ville de Boulogne-sur-Mer
  • Universiteit Gent
  • Hogeschool van Amsterdam
  • Les 7 Vents
  • Aberdeen City Council
  • Mijnwater B.V.
  • South Dublin County Council
  • Cerema

 

Lien vers la page officielle: http://www.nweurope.eu/projects/project-search/heatnet-transition-strategies-for-delivering-low-carbon-district-heat/

Des micro-chaufferies bois

Source : www.franceinter.fr et www.ere43.fr

Il existe des constructeurs (dont celui-ci) qui proposent la construction d’une micro-chaufferie au bois déchiqueté prête à l’emploi.

C’est une chaufferie qui est livrée « prêt à l’emploi, transportable, recyclable et son implantation est réversible. Elle comprend la chaudière et le silo de stockage du bois ». Adaptable suivant les configurations, cette chaudière est alimentée en bois déchiqueté.

La création d’un réseau de chaleur est parfois compliquée à phaser avec la construction et les raccordements des bâtiments. Parfois sont utilisées des chaufferies provisoires, généralement au fioul. Cette solution de chaufferie bois modulable prête à l’emploi permet de s’affranchir de l’utilisation d’énergie fossile, même provisoire. On peut aussi imaginer une installation progressive de plusieurs chaufferies permettant de suivre un phasage de constructions de bâtiments.