Archives pour la catégorie Catégories

Le Fonds chaleur : le MTES étudie son évolution

Par lettre de mission en date du 19 décembre 2017, le Ministre d’État du Ministère de la Transition écologique et solidaire a souhaité que soit étudiés l’opportunité et les modalités de transformation des aides à l’investissement du Fonds chaleur en aide à la production de chaleur renouvelable.

Le 25 septembre dernier, le rapport de cette mission a été publié par le Conseil Général de l’Environnement et du Développement durable et le Conseil général de l’Économie, de l’Industrie, de l’Énergie et des Technologies.

Le document remis au Ministère de la Transition écologique et solidaire propose un retour sur les différents mécanismes de soutien aux énergies renouvelables, notamment la chaleur, et le froid, renouvelable. Les alternatives possibles au mécanisme actuel du Fonds chaleur sont analysées et couplées aux résultats d’auditions des professionnels de la filière étudiée. Ces résultats permettent ensuite de dégager deux axes de propositions : réglementaires et techniques. Par ailleurs, il est rappelé l’intérêt pour la filière de maintenir, voire renforcer, son argumentaire en ce qui concerne son indépendance au marché des énergies fossiles.

En substance, la mission considère qu’une modification du Fonds chaleur, d’aides à l’investissement en aide à la production n’est pas opportun. Elle propose de consolider le modèle existant et d’agir sur des pistes concrètes au délai opérationnel réduit. La mission suggère enfin d’opérer un transfert maîtrisé et juste des aides aux énergies renouvelables électriques vers les thermiques. Pour cela, une attention particulière devra être portée au cas de la cogénération afin d’appréhender précisément sa contribution à la chaleur.

Pour plus d’informations :

Rapport de la mission portant sur la transformation des aides à l’investissement du Fonds chaleur en aides à la production de chaleur renouvelable

Publicités

Découvrez les sujets du cours Transition Energétique et Aménagement de l’ENTPE cette année

Créé sur initiative du Cerema et de l’ENTPE en 2013, le cours “Transition énergétique et aménagement”, géré par Emmanuel Martinais, docteur en aménagement et urbanisme, s’adresse aux étudiants de 2ème année de l’ENTPE, en voies d’approfondissement Aménagement et Politiques Urbaines et Environnement.

Il s’articule autour de 8 modules thématiques et de travaux en sous-groupes autour d’un projet croisant problématique énergétique et questions d’aménagement. Le projet est proposé depuis plusieurs années par le Grand Lyon. Cela permet d’un côté de mobiliser les élèves sur de vraies questions d’aménagement énergétique et de l’autre côté d’aider le Grand Lyon sur ces questions. En 2017-2018, il s’agissait de l’aménagement énergétique du quartier de la Saulaie du Grand Lyon. Cette année 2018-2019, il s’agit :

1.de l’articulation entre les réseaux de chaleur et de gaz dans les opérations d’aménagement

2.de la pertinence de classer un ou plusieurs réseaux de chaleur de la métropole lyonnaise

3.du rôle de la métropole lyonnaise sur le secondaire des réseaux de chaleur/froid.

Pour en savoir plus

Étude sur la chaleur renouvelable livrée par les réseaux en Auvergne-Rhône-Alpes

Le Cerema a réalisé, pour la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, un état des lieux des réseaux de chaleur et de froid en région et a étudié le potentiel de développement de la chaleur renouvelable livrée par les réseaux.

Résumé de cette étude

L’état des lieux des réseaux de chaleur et de froid en Auvergne- Rhône-Alpes (AURA) est fait à partir d’une enquête auprès des collectivités, des syndicats, des exploitants et de croisement de différentes sources de données (enquête nationale,
données énergie-climat publiées, annuaire ViaSèva, sites dédiés de réseaux…), en 2016-2017. Les données récoltées pour chaque réseau recensés en AURA, soit 252 réseaux de chaleur, 3 réseaux de froid et 6 réseaux en projet, sont publiées sous forme de tableau, avec leurs sources.

Le Cerema a également récolté et numérisé les tracés de 96 réseaux, publiés et diffusés sous format SIG (sur le site de la DREAL).

Cet état des lieux détaillé et cartographié, croisé avec les tracés des réseaux fictifs issus des consommations énergétiques des bâtiments résidentiel-tertiaire (résultats de l’étude SNCU/Setec) et les gisements d’énergies renouvelables et de récupération, permet d’identifier le potentiel de développement des réseaux de chaleur/froid vertueux en AURA.
Une note d’enjeux a également été réalisée. Elle fixe des objectifs de développement de la chaleur renouvelable livrée par les réseaux en AURA à 2030, détaillés par énergie (chaleur fatale, géothermie, solaire, biogaz, bois-énergie) et par création/verdissement/extension/densification de réseaux. Elle peut ainsi être intégrée au futur schéma régional (SRADDET) d’AURA pour une planification énergétique pertinente, et répondre à l’article 196 de la loi de transition énergétique (LTECV) qui prévoit un recensement des réseaux de chaleur dans les schémas régionaux.

Retrouvez toutes les informations (déroulé de l’état des lieux, résultats, potentiel de développement, données…) de cette étude ici.

Ouverture des candidatures au Label écoréseaux de chaleur 2018

visuel site web 2018.png

Pour la 6ème année consécutive, l’association AMORCE lance le label écoréseau de chaleur, qui vise à mieux communiquer sur les atouts de ce mode de chauffage auprès du grand public, des aménageurs, promoteurs, abonnés et pouvoirs publics, tout en valorisant les collectivités locales qui assurent la maîtrise de ce service public.

Le label écoréseau de chaleur repose sur 3 critères :

  • environnemental : minimum de 50% d’énergies renouvelables et de récupération dans le mix énergétique
  • économique : une facture globale du chauffage pour l’usager inférieure à la solution de référence (gaz ou fioul)
  • social : existence d’un comité de concertation rendant compte du service de distribution de chaleur aux abonnés et aux usagers

Pour participer, rendez vous sur la page dédiée du site internet d’AMORCE depuis laquelle vous accéderez à la plateforme de candidature en ligne.

Les candidatures sont à adresser avant le vendredi 5 octobre, et les distinctions 2018 seront officiellement remises aux élus des collectivités lauréates le 4 décembre prochain à Paris à l’occasion de la Semaine de la chaleur renouvelable.

Amorce recrute un(e) chargé(e) de mission réseaux énergétiques et énergies renouvelables

AMORCEAmorce, l’association de collectivités et professionnels sur la transition énergétique, les déchets et l’eau, basée à Villeurbanne (à côté de Lyon), recrute un ou une chargé(e) de missions réseaux énergétiques et énergies renouvelables, en CDI, actuellement.

Chaque année, Amorce organise et anime des journées thématiques comme par exemple la semaine de la chaleur renouvelable (ex « Rencontres Réseaux de chaleur et de froid »), réalise et publie des études notamment un comparatif des modes de chauffage et du prix de vente de la chaleur

Voir l’offre d’emploi sur linkedin pour en savoir plus.

Chiffres clés des énergies renouvelables – Édition 2018

Comme chaque année le commissariat général au développement durable (CGDD) publie une étude sur les chiffres clés des énergies renouvelables. Cette nouvelle édition rassemble les statistiques les plus récentes proposées par le Service de la donnée et des études statistiques.

Elle répond à trois questions :

– Quel est le poids des énergies renouvelables en France ?

– Quelles sont les différentes filières d’énergies renouvelables présentes en France ?

– Quelle est la place de France en matière d’énergies renouvelables, en Europe et dans le monde ?

Vous pouvez retrouvchiffres clés cgdd 2018er cette édition en cliquant sur le lien ci-contre : Chiffres clés des énergies renouvelables – Édition 2018

Le pôle Réseaux de chaleur vous propose en outre un résumé de cette édition axé sur les réseaux de chaleur et de froid, téléchargeable sur son centre de ressource au lien suivant : Reseaux-chaleur.cerema.fr

Étude sur les réseaux de chaleur et de froid au Japon

Le Service Économique Régional de Tokyo de l’Ambassade de France au Japon a publié, en juin 2018, une étude sur les réseaux de chaleur et de froid sur le territoire nippon.

Cette étude propose un état des lieux des réseaux de chaleur et de froid au Japon, couplée à une analyse de leur actuelle trajectoire de développement, ainsi que quelques points de comparaison avec la France.

Elle s’appuie sur l’analyse de documents officiels et non officiels disponibles sur internet, concernant les réseaux de chaleur et de froid au Japon et en France. Cette analyse documentaire a été complétée par un entretien avec l’association japonaise du chauffage urbain.

Cette étude est relayée sur le site réseaux de chaleur du Cerema également.

Fiches régionales – état des lieux et potentiels de la chaleur renouvelable

Un état des lieux et un potentiel de développement de la chaleur pour chaque région.

La Fedene a fait réaliser des fiches illustrant l’état des lieux des réseaux de chaleur ainsi que leur potentiel de développement pour chaque région. Ces informations peuvent venir compléter ou alimenter les études EnR des diagnostics des SRADDET et/ou SRCAE.

De manière plus générale, ces fiches permettent d’avoir une vision synthétique du développement possible de la chaleur renouvelable par les réseaux sur le territoire. Elles ont vocation à nourrir les visions stratégiques des plans énergie.

Accès aux fiches :
http://www.fedene.fr/etudes-publications/reseaux-de-chaleur-et-de-froid/

Pour aller plus loin dans le diagnostic, voir aussi la cartographie nationale des besoins de chaleur du Cerema :
http://reseaux-chaleur.cerema.fr/carte-nationale-de-chaleur-france

Participez au débat sur les villes et territoires de demain

Source : Site participatif sur les Villes et les Territoires de demain des Ministères de la Cohésion des Territoires (MCT) et de la Transition Écologique et Solidaire (MTES)

Nos villes et territoires vont connaître de profonds bouleversements sur les domaines touchant notre vie quotidienne : changement climatique, transformation numérique, vieillissement de la population, etc. Pour relever les défis environnementaux et socio-économiques, nous avons tout intérêt à réfléchir dès maintenant aux orientations que nous souhaitons engager. C’est dans cette logique que les ministères de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires donnent la parole à l’ensemble des citoyens afin de construire une vision commune des « Villes et Territoires de demain ». Devenez acteur de votre lieu de vie : partagez vos besoins, vos attentes et vos solutions pour élaborer collectivement les Livrets citoyens qui serviront de référence aux pouvoirs publics.

Cette plateforme collaborative sous forme de site internet permet à chacun et chacune de s’exprimer sur différentes thématiques définies sur le site. Le débat se déroule en 4 phases, il s’agit actuellement du recueil d’idées pour demain (du 23 mai au 19 juin) puis viendront les priorités pour demain (du 11 au 17 juillet). Les thématiques sont les suivantes : Habiter son logement, Habiter son quartier, Accéder aux service et commerces de proximité, Se déplacer, Participer à la vie locale, Vivre en bonne santé, Se former et travailler. Dans chaque thématique sont listées des sous-thématiques, ainsi on peut trouver les Réseaux de chaleur partagés dans Habiter son logement. Le texte d’introduction est le suivant :

Pour lutter plus efficacement contre le changement climatique, les villes et territoires de demain recherchent une plus grande sobriété énergétique.
Les réseaux de chaleur sont des dispositifs de fourniture du chauffage et de l’eau chaude sanitaire à l’échelle d’un quartier ou d’une ville. Ils ont été identifiés dans le débat comme une solution de récupération de chaleur à développer, en utilisant la chaleur produite par des serveurs informatiques par exemple. Des nouveaux usages reposant sur l’échange de chaleur et plus largement d’énergie sont encore à inventer.

Que pensez-vous de cette proposition ? Comment mettre en place des réseaux de chaleur partagés ?

Chacun, chacune, peut donner son avis, intervenir, etc. Des animateurs de débat posent des questions (comment réutiliser la chaleur produite par les serveurs informatiques et les salles de sports ? Quelles autres sources d’énergie pourraient être mutualisées dans les résidences collectives ? etc.) auxquelles il est possible de répondre.

Cette plateforme permet également de raconter sa journée dans sa ville/territoire de demain, qui, si elle est sélectionnée, pourra être adaptée en BD !

Pour participer à cette démarche citoyenne, la première étape consiste à créer un compte (très rapide) puis choisir son ou ses thème(s) et enrichir les échanges.

Pour en savoir plus sur les réseaux de chaleur

  • Voir l’Observatoire des réseaux qui regroupe les chiffres clés, l’agenda, les guides, les études, les cartes, les données, etc. partagés par les acteurs du domaine
  • Voir les fiches découvertes (15 fiches de 2 à 4 pages sur les enjeux, les acteurs, la chaleur de récupération, la géothermie, etc.) du Cerema

Bordeaux Métropole : un nouveau réseau de chaleur alimenté par un réservoir du jurassique

La métropole de Bordeaux va créer un réseau de chaleur de 25 km, alimenté par un doublet géothermique à 1700 mètres de profondeur. L’extraction aura lieu dans un réservoir du jurassique, une première pour Bordeaux. Ce projet géothermique comportent des risques techniques importants : quantité d’eau pouvant être extraite, failles du réservoir et méconnaissance du réservoir.

forage bordeaux jurassique

Cependant, ce projet permettra d’alimenter près de 2.000.000 m² de projets urbains neufs, en face du centre historique de la ville.

Face à cet enjeu énergétique et environnemental important, l’ADEME accompagne le projet en couvrant financièrement à hauteur de 90% le risque d’échec sur les forages. Une chaufferie bois sera ainsi aménagée pour accompagner l’approvisionnement de chaleur en cas de replis du forage à une profondeur de 900 mètres.

En 2020, le réseau de chaleur bénéficiera d’un mix énergétique basé sur la mise en service de la centrale géothermique (82% du mix) et sur une chaufferie gaz (18%) qui permettront de desservir l’équivalent de 28 000 logements soit une consommation de chaleur de 98 GWh.La chaufferie centrale gaz bordeaux.png

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour plus d’information : http://plainedegaronneenergies.reseau-chaleur.com