Fiche découverte : District heating and cooling in France

premiere pageLe Cerema a publié une série de 12 fiches découverte sur les réseaux de chaleur et de froid.

Nous avons mis à jour et traduit en anglais la fiche sur les réseaux chaleur en France : Discovery form – District heating and cooling in France. N’hésitez pas à utiliser cette fiche pour parler des réseaux de chaleur français avec les non francophone !

 

 

Publicités

COLLOQUE « Chaleur fatale : Un gisement considérable et une priorité en Ile-de-France » – Jeudi 28 juin 2018

2018-05-24 11_20_16-Démarrer

L’ATEE Ile-de-France organise, en collaboration avec l’ADEME Ile-de-France, et en partenariat avec la FNCCR, un colloque dédié à la récupération de la chaleur fatale :

Jeudi 28 juin 2018 au Forum de Grenelle – 15e arrondissement de Paris.

Ce colloque a pour objectif de rassembler collectivités, administration, associations,  entreprises et industriels pour échanger sur les solutions techniques, les aspects  économiques, la réglementation et la mise en pratique de telles solutions, avec des  retours d’expérience à l’appui :

• Quel est le contexte règlementaire actuel ?
• Quels sont les gisements de chaleur fatale ? Pour quels enjeux ?
• Comment récupérer et valoriser cette énergie ?
• Comment financer les projets de valorisation ?
• Des Retours d’expérience de collectivités, du secteur tertiaire ou d’industriels  (techniques, économiques, motivations, freins, leviers, …) sur des opérations de  récupération de chaleur sur des usines d’incinération, Data center et industries.

Retrouvez sur ce lien le programme complet de la journée et la fiche d’inscription au colloque.

Bilan énergétique de la France 2017 (données provisoires)

Le SDES (Service de la données et des études statistiques) du du ministère de la Transition écologique et solidaire a publié en avril son Bilan énergétique de la France 2017(données provisoires).

Les données sont encore provisoires, un rapport complet est attendu cette année pour présenter le Bilan consolidé.

Les premiers enseignements sont :

  • À climat constant, la consommation finale énergétique de la France métropolitaine progresse de 0,9 %
  • à climat constant, les émissions de CO2 liées à l’énergie augmentent de 4%
  • le déficit des échanges physiques d’énergie augmente de 4,7 %, contribuant, avec la hausse des cours internationaux, au rebond de 23 % de la facture énergétique de la France, à 38,6 milliards d’euros.

En attendant ce nouveau rapport, retrouvez le bilan énergétique de la France 2016

Et les chiffres clés des énergies renouvelables 2016

Un classement à l’échelle métropolitaine

A compter du 1er juillet 2018, Grenoble Alpes Métropole associera au développement de son réseau de chaleur métropolitain, une procédure de classement.

2018_RC_GAM
Grenoble Alpes Métropole – Réseau de chaleur métropolitain

Cette démarche doit permettre au second réseau de chaleur le plus important de France d’atteindre les objectifs métropolitains fixés dans son schéma directeur énergie 2030.

Deux axes principaux sont ainsi mis en avant par la collectivité :

  • Fournir aux usagers une énergie économiquement compétitive en tenant compte de l’évolution fiscale au sujet de la « Taxe Carbone » ;
  • Maîtriser l’impact écologique de cette énergie par un verdissement, déjà majoritaire, ambitieux et progressif ;

Concrètement, cette obligation de raccordement concerne chaque bâtiment s’il se situe simultanément :

  • Dans l’une des 7 communes desservies par le réseau de chaleur métropolitain : Échirolles, Eybens, Gières, Grenoble, La Tronche, Le Pont-de-Claix et Saint-Martin-d’Hères.
  • Dans un rayon d’environ 150 mètres autour de ce réseau (sauf dérogations).

Créé en 1960, le réseau de chaleur grenoblois alimente en chauffage l’équivalent de 100 000 logements. Avec son maillage de 170 km de canalisations, celui-ci peut fournir en eau chaude logements publics et privés, ainsi que dans de nombreux équipements : hôpitaux, campus, centrescommerciaux, bureaux, musées, piscines…

En 2017, la production de chaleur était assurée à 62% par des énergies renouvelables et de récupération (notamment issue de l’incinération des déchets). De nouveaux investissements telle que la construction d’une nouvelle centrale biomasse « BioMax », devront permettre de répondre aux exigences de la transition énergétique de ce territoire.

En savoir plus