Réseaux de chaleur : de la planification à la réalisation – Mémoire de master

rdc ile de franceLes réseaux de chaleur, de la planification à la réalisation. Mémoire de Master 2 en droit de l’urbanisme et de l’aménagement, sous l’encadrement du pôle Réseaux de Chaleur du Cerema. Travail réalisé par Sarah Rayczakowski, étudiante à la faculté de droit et science politique de l’université de Rennes .

Résumé

Le  système  de  production  et  de  distribution  d’énergie  français,  qui  se  caractérise  par  une forte  centralisation,  a  été  modifié,  par  étapes  successives,  dans  le  sens  d’une  intervention croissante  des  collectivités.

Dès  les  années  1930,  quelques  communes  font  le  choix  de  l’installation  de  réseaux  de chaleur,  c’est‐à‐dire  un  ensemble  de  canalisations  distribuant  de  la  chaleur  à  différents bâtiments.  Les  motivations  d’un  tel  investissement  sont  liées  aux  contextes  politiques  propres  à  chaque  ville.  Ainsi,   Paris  entend  assurer  le  préchauffage  des  trains  en  gare  de  Lyon  et  la municipalité  de  Villeurbanne,  quant  à  elle,  se  positionne  de  manière  sociale  afin  «  d’élever  le niveau  de  vie  des  classes  laborieuses. 1  »  Plus  tard,  dans  le  cadre  des  Zones  d’Urbanisation Prioritaire,  les  réseaux  de  chaleur  s’implantent  au  sein  des  grands  ensembles  de  logements  ; cependant,  en  raison  de  leur  fonctionnement  majoritairement  à  base  de  fioul  lourd,  le  choc pétrolier  de  1974  va  freiner  considérablement  leur  développement.

La  loi  du  15  juillet  1980  relative  aux  économies  d’énergie  et  à  l’utilisation  de  la  chaleur 2 , en  instituant  des  aides  pour  promouvoir  le  développement  des  réseaux  de  chaleur,  va  permettre de  dynamiser  le  secteur  dans  une  logique  de  maîtrise  et  de  substitution  d’énergie.  A  partir  de cette  loi,  la  motivation  pour  installer  ces  équipements  collectifs  de  chauffage  se  transforme,  en mettant  l’accent  sur  la  dimension  énergétique.  La  croissance  des  réseaux  de  chaleur  s’est ralentie  depuis  l’augmentation  des  cours  des  énergies  fossiles  due  à  leur  raréfaction; néanmoins,  la  mise  en  place  de  soutiens  publics  pour  le  développement  de  l’énergie  bois  et  la valorisation  des  déchets  ménagers  a  stimulé  la  demande  de  réseaux  de  chaleur.

Ce  renouveau  des  réseaux  de  chaleur  tient  aussi  à  l’essor  de  la  cogénération,  c’est-à-dire la  production  simultanée  de  chaleur  provenant  de  deux  énergies  différentes  au  cours  d’un même  processus.  En  effet,  bien  qu’existants  depuis  la  loi  de  nationalisation  de  1946 3 ,  les contrats  d’obligation  d’achat,  par  EDF,  de  l’électricité  produite  par  la  cogénération  n’ont  pas réellement  favorisé  le  développement  des  réseaux  de  chaleur  en  dépit  de  la  négociation  d’un nouveau  contrat  de  rachat  en  1997.

Cependant,  ce  ne  sont  qu’avec  les  objectifs  fixés  par  les  lois  Grenelle 4  en  matière  de réseaux  de  chaleur  qu’un  nouveau  souffle  est  donné  au  chauffage  urbain.  Ils  visent  à  permettre aux  collectivités  de  valoriser  les  ressources  locales  d’énergies  renouvelables  et  de  récupération (EnR&R)  en  se  saisissant  des  enjeux  liés  à  l’énergie,  de  la  production  jusqu’à  l’usager  final.  En effet,  23%  de  la  production  nationale  d’énergie  devra  être  renouvelable  en  2020,  ce  qui  signifie une  production  de  près  de  20  millions  de  tonnes  d’équivalent  pétrole  d’EnR&R  de  plus  dans  la production  annuelle.  Il  s’agit  d’une  augmentation  de  2,5  millions  de  tep  concernant  les  réseaux de  chaleur,  soit  une  multiplication  par  6  de  la  production  par  rapport  à  2007  qu’il  est  nécessaire de  calibrer  juridiquement.  En  2007,  sur  un  total  de  162  Mtep  de  consommation  finale énergétique,  83,8  Mtep,  soit  un  peu  plus  de  la  moitié  (52,0%),  ont  été  consommées  sous  forme de  chaleur 5 .

Les  réseaux  de  chaleur  constituent  un  moyen  essentiel  pour  atteindre  les  objectifs  de développement  de  la  chaleur  renouvelable.  Ils  sont  d’une  part  l’expression  de  la  volonté  d’une collectivité  territoriale  de  se  saisir  de  l’ensemble  des  enjeux  liés  à  l’énergie,  et  d’autre  part, techniquement,  ils  permettent  d’utiliser  des  énergies  «difficiles»  et,  s’agissant  de  renouvelables, telles  la  biomasse  sous  toutes  ses  formes,  la  géothermie  et  l’incinération  des  déchets.  En  outre, les  réseaux  de  chaleur  permettent  de  mieux  contrôler  les  émissions  polluantes,  notamment  en cas  de  combustion  de  biomasse.

Or,  les  réseaux  de  chaleur  sont,  par  nature,  des  infrastructures  intimement   liées  à l’aménagement  urbain  communal  ou  intercommunal.  Leur  tracé  suit  généralement  celui  de  la voirie  qui  relie  et  irrigue  les  quartiers  ;  leur  pertinence  économique  dépend  alors  de  la  densité  et de  l’usage  des   bâtiments  sachant  que  l’amortissement  d’un  tel  équipement  se  calcule  à  long terme  à  l’image  de  la  plupart  des  infrastructures  urbaines.

Bien  qu’existants  depuis  des  décennies,  et  de  manière  plus  aboutie  dans  d’autres  pays européens  au  passé  communiste,  le  développement  des  réseaux  de  chaleur  français  est  en manque  de  vitalité.  Dès  lors,  on  peut  se  demander  quels  sont  les  moyens  offerts  aux  collectivités désireuses  de  se  positionner  sur  ce  domaine?  Les  documents  de  planification  qu’ils  soient énergétiques  ou  urbains  permettent-­ils  la  prise  en  compte  effective  des  réseaux  de  chaleur  ? Enfin,  une  fois  la  planification  établie,  la  réalisation  de  ces  infrastructures  de  chauffage  urbain est‐elle  accompagnée  juridiquement  pour  favoriser  le  développement  de  la  filière  ?

Pour  permettre  de  cerner  au  mieux  les  enjeux  actuels  au  sujet  des  réseaux  de  chaleur,   la première  partie  de  ce  mémoire  porte,  d’une  part,  sur  la  planification  énergétique  de  cette installation,  et  d’autre  part,  sur  sa  planification  urbaine.  (Partie  1)  La  seconde  partie  aborde  la prise  de  compétence  «  réseau  de  chaleur  »  des  collectivités  territoriales  au  profit  desquelles existent  des  outils  financiers  et  structurels  leur  permettant  de  réaliser  les  projets  de  réseaux  de chaleur.  (Partie  2)

Les autres travaux tirés du travail de Sarah Rayczakowski:

A partir des recherches de Sarah, le pôle réseaux de chaleur du Cerema a également publié une fiche et un article:

Responsabilités et limites

Sarah Rayczakowski a effectué son stage de fin d’étude au sein du pôle Réseaux de Chaleur du Cerema. Le pôle a contribué à ce travail en apportant les éléments relatifs à la place des réseaux de chaleur dans la politique énergie-climat nationale, aux enjeux, aux acteurs, etc. L’université de Rennes et le Cerema n’entendent donner aucune approbation ni improbation aux thèses et opinions émises dans ce rapport ; celles-ci doivent être considérées comme propres à leur auteur.

Le rapport est basé sur les éléments de politique énergétique et climatique de la France, tels qu’ils étaient connus en juin 2014.

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s