Récupération de chaleur de cuisson des frites

Frites !

L’histoire se passe en Allemagne et non en Belgique…

Récupération de chaleur dans la production de frites

Le ministère fédéral de l’environnement (BMU) soutient un projet innovant de récupération de chaleur dans l’industrie agro-alimentaire par l’intermédiaire d’une aide financière de 760.000 euros, allouée dans le cadre de son programme d’innovation environnementale.

L’entreprise Agrarfrost GmbH fabrique et commercialise des produits de pommes de terre tels que frites, beignets, et chips. Sur son site d’Oschersleben (Saxe-Anhalt), elle traite annuellement 450.000 tonnes de pommes de terre. Une partie des friteuses y est approvisionnée en vapeur basse et haute pression à partir d’une chaudière centrale à lignite.

L’innovation prévue consiste à l’intégration d’un condenseur qui, cumulé à un système de contrôle intelligent et d’une technologie hydraulique, permettra de récupérer la chaleur perdue par les friteuses sous forme de vapeur. Cette chaleur résiduelle pourra être utilisée à la fois pour le séchage, le pré-chauffage ou encore le refroidissement interne grâce à un échangeur frigorifique. L’économie annuelle d’énergie devrait atteindre 46,6 millions de kilowatt-heures pour l’énergie thermique ainsi que 632.500 kilowatt-heures pour l’énergie électrique. En termes d’émissions de gaz à effet de serre, environ 13.200 tonnes de dioxyde de carbone seront évitées.

Enfin, la technologie est transférable à des systèmes comparables dans d’autres entreprises de l’industrie alimentaire. C’est la première fois que, dans le cadre de ce programme d’innovation environnementale du BMU, une technologie innovante sera appliquée à grande échelle.

Source : Bulletin Electronique Allemagne – 24/01/14

Bien que le procédé soit ici limité à une utilisation de la chaleur récupérée pour les besoins propres du site qui produit cette chaleur, on peut très bien imaginer que dans d’autres situations, lorsque les besoins de chaleur de l’industrie sont inférieurs aux quantités de chaleur fatale récupérable, l’excédent d’énergie récupérée soit injectée dans un réseau afin d’aller alimenter en chaleur des bâtiments résidentiels ou des bureaux situés à distance raisonnable.

L’article mentionne une quantité de 46 GWh d’énergie thermique économisée chaque année. Si on suppose que cette quantité correspond à l’énergie récupérée, et si on convertit en équivalent-logement (soit environ 12 MWh/an), on obtient de quoi alimenter plus de 3800 équivalents-logements (ce nombre semble toutefois élevé, les chiffres seraient peut-être à vérifier…).

Bien entendu, l’idée n’est pas limitée à l’industrie de la frite : en France comme à l’étranger, la chaleur rejetée par les industries représente un important gisement d’énergie parfois mobilisable, comme en témoigne le réseau de chaleur de Dunkerque alimenté par une usine sidérurgique. Voir aussi notre article Réseaux de chaleur, noyaux de fruits et crématoriums.

Terminons sur un rappel de ce chiffre évalué par l’association Euroheat & Power : 1000€ d’énergie rejetée dans la nature par an et par habitant en Europe. En équivalent de portions de frites, ça fait combien ?

Image : Creative Commons Rainer Zenz

Advertisements

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s