Etat des lieux chaufferies et réseaux de chaleur bois en Picardie

Source : Une note réalisée en février 2013 par Nord Picardie Bois fait un inventaire des chaufferies bois collectives et industrielles en fonctionnement et en projet en Picardie (hors chaufferies pour les particuliers). Ces chaufferies sont, dans certains cas, associées à un réseau de chaleur.

Principe de fonctionnement d’une chaufferie automatique

https://i2.wp.com/www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr/IMG/jpg/fonctionnementchaufferiebois-note-boisetvous-fev2013_cle7a123c.jpg

Bilan des chaufferies en fonctionnement ou en construction en Picardie en janvier 2013

Dans le tableau précédent, on voit que les chaufferies bois alimentent actuellement 9 réseaux de chaleur, pour une puissance de 34,4 MW et une consommation de bois de 56 800 tonnes/an. Et 8 nouveaux réseaux de chaleur sont en construction ou en projet : celui d’Amiens sud, du quartier Étouvie à Amiens, de Château-Thierry, de Péronne, de Pont-Sainte-Maxence, de Saint-Quentin, de Tupigny et de Roisel. Ces nouveaux réseaux correspondent à une puissance de 44,1 MW et une consommation de bois de 80 100 tonnes/an.

Depuis 2008, la consommation de bois déchiqueté dans les chaufferies automatiques de la région a connu une croissance très rapide, notamment grâce à la mise en place de politiques publiques volontaristes (Conseil régional, Conseils généraux, ADEME…).

Chaufferies bois collectives et industrielles en fonctionnement, en construction et en projet en Picardie

Sur cette carte on voit les 9 réseaux de chaleur en fonctionnement en « carré vert » et les 8 réseaux de chaleur en consultation/appel d’offres en « carré orange ».

Perspectives de développement dans le secteur collectif/tertiaire

Le chauffage automatique dans le secteur collectif/tertiaire a connu un très fort développement ces dernières années, notamment grâce au soutien des pouvoirs publics (Europe, État, Région, Départements…) : la consommation de bois déchiqueté, inférieure à 3 000 t/an jusqu’en2007, devrait atteindre plus de 150 000 t/an d’ici 2015. La plupart des grandes villes de la Région (Amiens, Abbeville, Beauvais, Creil, Laon, Soissons, Saint-Quentin…) ont d’ores et déjà mis en place un ou plusieurs réseaux de chaleur au bois de moyenne ou forte puissance. Le potentiel de développement se situe donc aujourd’hui de plus en plus dans les villes de taille moyenne et en milieu rural. Les démarches engagées par les territoires (Pays, Communautés de Communes, Syndicats d’énergie…) sur la thématique énergie/climat devraient ainsi amener de nouvelles installations bois énergie à sortir de terre dans les années à venir. Ces chaufferies (éventuellement associées à des réseaux de chaleur, mais de taille plus modeste), génèreront une demande supplémentaire orientée sur une mobilisation locale de la ressource.

Publicités

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s