Journée citoyenne sur la transition énergétique : quelques retours

https://i1.wp.com/www.transition-energetique.gouv.fr/sites/all/themes/te/logo.pngLe 25 mai 2013, s’est tenue la Journée citoyenne organisée dans le cadre du débat national sur la transition énergétique. 1115 citoyens, sélectionnés selon des règles permettant d’assurer la diversité de la représentation de notre pays, ont débattu de la transition énergétique, dans quatorze régions, onze régions métropolitaines et trois régions d’outre-mer.

Photo : Bernard Suard/MEDDE

Quelques enseignements de cette journée concernant les réseaux de chaleur

Ces éléments touchent au contexte des réseaux de chaleur. Les éléments les plus directement liés au sujet des réseaux de chaleur sont signalés en gras (exemple : attente pour laquelle le développement des réseaux constitue une réponse significative).

Source des extraits : Analyse et enseignements de la Journée citoyenne du 25 mai 2013

  • 75% des participants considèrent que la transition énergétique aura des effets positifs pour la société et 52 % des effets positifs pour les citoyens.
  • la volonté d’indépendance énergétique (44%) et d’autonomie (32%) est significativement mise en avant.
  • les citoyens mettent fortement en avant les enjeux de l’inaction : le
    risque pour les générations futures (49%), l’augmentation du coût de l’énergie (43%) et
    la dépendance énergétique (44%).
  • L’action des pouvoirs publics est souhaitée dès lors qu’elle permet d’accompagner (42%) et de soutenir (30%) les démarches de chacun (action incitative et non coercitive). La voie réglementaire ne recueille l’approbation que de 8% des
    participants.
  • les citoyens pensent d’abord que l’Europe (53%) et le niveau national (50%) sont
    les niveaux légitimes du cadrage politique nécessaire.
  • Le développement des énergies renouvelables et la réduction de la consommation d’énergie des ménages et des entreprises, qui sont parmi les principaux leviers de la transition énergétique, constituent des motivations importantes en soi pour 29 % et 15 % des participants respectivement.
  • 11% se considèrent en précarité énergétique et 43% craignent de le devenir.
  • Les participants se montrent particulièrement attentifs à l’émergence d’un système énergétique majoritairement décentralisé à l’échelle des bassins de vie (35 %).
  • Le point précédent semble contradictoire avec le suivant : les échelles régionales (29 %) et locales (bassins de vie, communes, département, 35 %) sont moins citées que l’échelle nationale et européenne comme pertinentes pour l’encadrement politique de la transition énergétique.
  • Exemples d’actions souhaitées : Lancement d’un vaste programme de recherche (49 %) ;  Réorientation des investissements vers les énergies renouvelables et le
    développement de filières économiques (46 %) ; Maîtrise publique de
    l’énergie (20 %)
  • Près de la moitié des participants (49 %) considère que la hausse des prix de l’énergie pourrait être rendue acceptable si le nouveau modèle énergétique a des effets positifs sur l’environnement et la santé, tandis que 39 % mettent en avant les effets positifs sur l’emploi et l’économie française comme contrepartie à la hausse des prix de l’énergie.
Publicités

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s