Vitrine des villes durables françaises : les réseaux de chaleur très présents

Source : Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Stimulées par le Plan Ville Durable, les « Investissements d’avenir » et les initiatives prises localement, les villes durables deviennent réalité en France.

Dans une perspective de valorisation du savoir-faire français à l’international pilotée par le groupe d’actions internationales du COSEI, des villes françaises ont été identifiées dont les réalisations témoignent d’une démarche exemplaire. Trois critères principaux ont été retenus : une approche transversale et multisectorielle, des projets innovants et suffisamment avancés pour pouvoir servir de vitrines, l’existence d’ une dynamique locale en terme de promotion et valorisation. La liste des villes vitrines est ouverte et sera progressivement enrichie !

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/Carte%20de%20France(1).jpg

Constant intéressant à la lecture de la liste des premières villes ou agglomérations sélectionnées pour leur exemplarité : toutes ont adopté une politique en matière de réseaux de chaleur et disposent d’un ou plusieurs réseaux sur leur territoire.

Simple coïncidence ? Ou signe de la corrélation forte entre les politiques urbaines de développement durable et l’exploitation de ce puissant outil de développement local des énergies renouvelables et de récupération ?

Voici quelques illustrations – non exhaustives – des initiatives « réseaux de chaleur » de ces villes durables.

Issy-les-Moulineaux :

  • Le réseau de chaleur urbain de la CPCU, dessert l’équivalent de 1400 logements et beaucoup d’immeubles tertiaires, répartis principalement sur le quartier Val de Seine/ les Arches et en périphérie des quartiers Centre Ville et Corentin Celton / les Varennes.
  • Mai 2012 : Aménagement de l’éco-quartier des Bords-de-Seine. Combinaison d’énergies renouvelables locales (solaire thermique et réseau de chaleur).
  • Ecoquartier du Fort : desservi par un réseau de chaleur alimenté à 78% par la géothermie.

Nantes-Métropole :

  • Agé de plus de 20 ans, son réseau principal (Centre-Loire) totalisera en 2017, près de 55 000 logements raccordés (150 000 habitants), à l’issue d’un important programme d’extension (16000 équivalents-logements actuellement). Ce réseau est aujourd’hui alimenté à 85% par une usine de traitement des déchets. Deux chaufferies seront construites, alimentées par de la biomasse de provenance régionale ; le bois représentera alors 43% de l’énergie du réseau (la part de l’UIOM sera quant à elle de 41%).
  • Le 2ème réseau de chaleur situé sur la ville de Nantes, Bellevue, existe depuis 1968. Actuellement d’une longueur de 10 km, une extension de 8km alimenté par une ressource renouvelable biomasse (bois) est prévue, permettant des raccordements au total de 13 000 logements. La nouvelle chaufferie bois a été inaugurée en mai 2013.
  • Des réseaux ont été réalisés ou sont en projet sur d’autres communes de Nantes Métropole, comme à Saint-Jean-de-Boiseau (réseau bois desservant un quartier neuf).

Lille Métropole

  • Réseau  de chaleur qui s’étend aujourd’hui sur 30 km. Système de cogénération par turbine à gaz.

Bordeaux :

  • Réseau de chaleur de la ZAC Saint-Jean-Belcier alimenté par l’incinération des ordures ménagères de l’usine située à Bègles et appartenant à la Communauté Urbaine de Bordeaux.
  • Réseau de chaleur de l’éco-quartier Ginko

Strasbourg :

  • Le réseau Strasbourg Énergie, alimenté par une centrale de production d’énergie thermique et électrique, mise en service fin 2000, a demandé 13 millions d’euros d’investissements. Le réseau primaire de distribution est d’une longueur de 8 km et le réseau secondaire s’étend sur 9 km.
  • Sénerval, délégataire de la Communauté Urbaine de Strasbourg, exploite depuis 2010 l’usine d’incinération des ordures ménagères pour alimenter son réseau de chaleur. Le réseau alimente des immeubles locatifs et des équipements publics.

Grand Lyon :

  • Réseau de chaleur du Grand Lyon, desservant 45 000 équivalents logements, 136 km de réseau.
  • Réseau de chaleur de Venissieux d’une longueur de 20 km, 12 227 logements raccordés.
  • Chaufferie de La Duchère à Lyon, réseau de chaleur biomasse, investissement de 15 250 000 euros TTC.

Grenoble :

  • Deuxième réseau le plus important de France, d’une longueur de 160 km, plus de 946 sous-stations.
  • Projet de réseau innovant « à eau tiède », sélectionné par le ministère dans le cadre du programme EcoCités

Nice :

  • Réseau de chaleur de Sonitherm alimenté par l’Unité de Valorisation Énergétique (UVE) de Nice-Ariane. De l’électricité et de la chaleur sont produites à partir de l’incinération des ordures ménagères. 11 000 équivalents-logements sont desservis par ce réseau.
  • Trois projets retenus dans le cadre des EcoCités : Ilot à haute performance énergétique ; Centrale de stockage d’énergie ; Réseau de froid urbain

Agglomération de Montpellier :

  • La ville de Montpellier gère un réseau de chaleur (50 MWh) et de froid (18 MWh). Il alimente logements et bureaux équivalent à 6 500 logements en chaleur et 2 500 en froid.
  • 3 projets retenus dans le cadre des EcoCités : Réalisation d’un îlot démonstrateur sur le plan énergétique (Port Marianne / la Mantilla /îlot H)  ; Réalisation d’une boucle d’eau permettant les échanges thermiques ;  Trigénération de chaleur et d’électricité (bois, réseau de chaleur urbain et absorption d’eau chaude).

Marseille Euroméditerranée :

  • Projet EcoCités : création de réseaux énergétiques de chaud et de froid basés sur l’énergie géothermique marine, pour alimenter EuroMéditerranée et les territoires urbains adjacents.
Publicités

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s