Région Île-de-France : nouvel essor des réseaux de chaleur géothermiques

Aidé par la région, le Fonds chaleur et le besoin de réhabiliter les réseaux de chaleur, la géothermie est à nouveau d’actualité en Île-de-France. Région propice à son développement du fait de la densité des logements à alimenter et de la présence de 5 grands aquifères dont le Dogger, l’ïle-de-France compte 36 exploitations actuellement, auxquelles pourraient s’ajouter 24 exploitations supplémentaires d’ici 2020.

La région Île-de-France, à travers son SRCAE (schéma régional climat air énergie) validé fin 2012, a pour ambition le raccordement de 450 000 équivalents-logements supplémentaires aux réseaux de chaleur, qui en alimentent déjà aujourd’hui 1,1 million. La part des énergies renouvelables et de récupération alimentant ces réseaux devra quant à elle d’ici 2020 atteindre 50%. Ceci nécessite notamment un nouvel élan des réseaux de chaleur géothermiques. Plusieurs actions ont été engagées pour soutenir ce développement.

Le fonds chaleur : 10 opérations aidées depuis 2009

Le coût d’installation de la géothermie est élevé, rendant son développement difficile pour les petites collectivités. Un forage dans le Dogger d’environ 2000 mètres coûte entre 11 et 13 millions d’euros par doublet. Le fonds chaleur 2009-2013 a permis de financer des renouvellements de forages ou des projets nouveaux (10 opérations dont 8 nouvelles) à hauteur de plus de 23 millions d’euros cumulés, équivalent à un investissement de 135 millions.

https://i0.wp.com/www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr/IMG/jpg/130412_IdF_RDC_Geothermique_cle271d32.jpg

Renforcement des garanties par la Région

Afin de faciliter la réalisation des projets, compte tenu du fait que la ressource géothermique réellement exploitable n’est connue qu’après la réalisation de forage, la région ajoute un complément de garantie de 25% aux 65% assurés par l’ADEME et la SAF Environnement (filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations) garantissant ainsi, à hauteur de 90%, le remboursement des frais engagés par le maître d’ouvrage.

Exploitation d’autres aquifères

Le Dogger étant déjà fortement exploité, il est envisagé l’utilisation des autres aquifères du bassin parisien, comme le Lusitanien et le Trias peu connus encore. L’ADEME et le BRGM ont développé un modèle de la gestion de la ressource géothermique sur les départements du Val-de-Marne et de la Seine-Saint-Denis, principaux détenteurs des exploitations (27 sur 36 recensées) qui permettrait de fournir les données (températures et débit) pour leur exploitation éventuelle pour de futurs projets.

Vers de la géothermie moins profonde, pour des bâtiments moins énergivores

Les aquifères de l’Albien et du Néocomien, moins profond et moins chaud que le Dooger, sont intéressants, le besoin en chaleur diminuant dans les bâtiments. L’exploitation de ces aquifères permet d’enrichir les solutions géothermiques offertes pour répondre à la demande et aux besoins en Ile-de-France. Une exploitation dans l’Albien ou dans le Néocomien est viable dès l’alimentation de seulement 1000 à 1500 logements contre 7000 avec un forage dans le Dogger, cela permet d’augmenter le nombre d’exploitations possible. L’association de la géothermie et des pompes à chaleur permet de valoriser au maximum la ressource extraite (diminution de la chaleur sortante pour la climatisation des bâtiments).

Article essentiellement basé sur les informations du magazine Energie Plus n°501 édité par l’ATEE

Publicités

Une réflexion sur “ Région Île-de-France : nouvel essor des réseaux de chaleur géothermiques ”

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s