AMORCE fait le point 2011 sur les réseaux bois-énergie

https://i1.wp.com/www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr/IMG/jpg/plaquette_s__cle76b575.jpgCette année, le Club C3Biom – Club des Collectivités Chaleur Biomasse – animé par AMORCE avec de nombreux partenaires dont la FNCOFOR et le CLER, a enquêté auprès des réseaux de chaleur utilisant du bois. Sur les 470 réseaux recensés, 160 ont répondu à l’enquête.

Ce panel, allant de 50 kW à 50 MW bois installé, a mis en évidence trois grandes familles avec des caractéristiques, problématiques et perspectives différentes :

- La création de réseaux ruraux : Ils représentent 54 % des réseaux de chaleur de l’enquête et sont gérés majoritairement en régie, avec un taux de couverture apporté par le bois supérieur à 90 %, un prix de la chaleur très compétitif par rapport aux énergies « en place » (fioul, propane), et un ratio d’investissements ramenés à la puissance installée très hétérogène selon les projets.

- Les créations de réseaux en milieu urbain : Gérés en Concession pour la plupart, avec un taux de couverture bois moyen de l’ordre de 80 %, ce sont les réseaux de chaleur qui présentent les prix de vente les plus faibles de l’enquête. Ces réseaux correspondent souvent à la « limite » de pertinence de la DSP, du point de vue de la rentabilité économique pour l’exploitant. Selon les cas, le maître d’ouvrage a recours à la concession, l’affermage ou la régie pour faire aboutir ce type de projet.

- La substitution de l’énergie fossile par l’énergie bois sur les gros réseaux : En concession ou en affermage, l’objectif final visé est d’atteindre un taux de couverture par les énergies renouvelables ou de récupération à 50 % à minima pour bénéficier du taux de TVA à 5,5 %. Le projet bois vient alors en complément ou en substitution partielle du mix énergétique déjà en place. Le prix moyen de la chaleur (avec un bouquet énergétique plus diversifié que pour les deux familles précédentes), reste inférieur de 12 % au prix moyen constaté par AMORCE sur l’ensemble des réseaux de chaleur (enquête prix 2009).

Dans tous les cas, des difficultés sont encore pointées du doigt, surtout lors du montage de projet. Ceci étant, les difficultés de fonctionnement recensées sont en forte baisse par rapport aux années précédentes : le retour d’expérience a profité aux professionnels et maîtres d’ouvrages de la filière. Dernier point, et non des moindres : 40 % des collectivités de l’enquête n’ont pas répondu à la question du taux de TVA appliqué pour la vente de chaleur. Vigilance donc pour s’assurer que cette avancée importante obtenue par AMORCE bénéficie bien à tous les usagers de ces réseaux.

Source : site de l’association AMORCE

Voir aussi : Fiche « Réseaux de chaleur biomasse »Autres documents publics concernant les réseaux de chaleur bois/biomasse

Publicités

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s