Les réseaux de chaleur en Croatie

https://i0.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/94/Europe_location_CRO.png/250px-Europe_location_CRO.pngCet article sur les réseaux de chaleur en Croatie fait partie d’une série consacrée au chauffage urbain dans différents pays d’Europe. Son contenu est basé sur les informations publiées dans le cadre du projet européen Ecoheat4EU (voir Country-by-country DB sur le site Ecoheat4EU).

Chiffres et généralités

  • Part des réseaux de chaleur : 9,5%
  • Énergies : gaz (77%), fioul (23%)
  • Cogénération : 71,60%
  • Maîtrise d’ouvrage des réseaux de chaleur : Collectivités, Etat, entreprises privées
  • Aucun réseau de froid

Cadre national et politique de soutien

  • 2004 : création d’un fonds de soutien national aux projets EnR et efficacité énergétique (subventions, prêts à taux réduit…) En matière de réseaux de chaleur, les projets suivants sont soutenus par le fonds : remplacement d’équipements en fin de vie ; modernisation des équipements (technologies plus efficaces ; énergies alternatives notamment renouvelables et récupération) ; cogénération ; standardisation des installations, équipements et procédures ; diminution des pertes d’eau et de chaleur dans les réseaux ; réduction de la consommation de chaleur par les usagers ; systèmes de comptage de la chaleur livrée et de tarification.
  • 2005 : mesure légale visant à améliorer la protection des usagers du chauffage urbain ; définition d’un système de médiation en cas de litige
  • 2005 : efficacité énergétique et qualité de service. Obligation de comptage de chaleur au niveau des sous-stations ; obligation de systèmes de contrôle du flux de chaleur au niveau des sous-stations.
  • 2007 : encadrement légal des conditions générales des contrats de distribution de chaleur (protection des consommateurs)
  • 2008 : régulation nationale de la méthode de tarification de la chaleur. Objectif : méthode unique et transparente.
  • 2009 : stratégie de développement énergétique de la République de Croatie. Place des réseaux de chaleur :
    • efforts sur l’amélioration de l’efficacité énergétique ; développement de la cogénération ; réduction des pertes de distribution ; soutien à l’utilisation d’énergies renouvelables ; dans les réseaux utilisant le gaz développement des chaufferies d’appoint utilisant une autre énergie
    • dans les immeubles résidentiels de plus de 1000m², la chaleur doit être fournie soit par une chaufferie collective d’immeuble soit par un réseau de chaleur
    • développement du comptage individuel de la chaleur et des systèmes intelligents avec régulation
    • note : la stratégie de développement des réseaux de chaleur a fait l’objet d’une étude spécifique menée par le ministère concerné

Enjeux, obstacles et perspectives

  • besoin d’une consolidation économique de la filière permettant d’assurer correctement la maintenance, la rénovation, l’extension et la modernisation des réseaux de chaleur ; ceci passe par la détermination d’un prix de vente de la chaleur suffisant pour assurer la viabilité économique des réseaux. Les exploitants interrogés dans le cadre de l’étude estiment que la régulation de la méthode de tarification par l’Etat est source de lourdeurs administratives et d’inertie, et constitue un frein à l’investissement en ne permettant pas des ajustements rapides des tarifs en fonction de la variation des coûts des énergies sources.
  • mise en oeuvre de la stratégie de développement énergétique de la République de Croatie définie fin 2009 (dont les réseaux de chaleur constituent une des priorités), au travers d’un plan d’action
  • les acteurs estiment que les compétences techniques sont disponibles, mais que les réseaux de chaleur souffrent d’un déficit d’image : les décideurs politiques et les citoyens non usagers des réseaux de chaleur ne perçoivent pas l’intérêt de ce type de chauffage ; seuls les usagers en ont une image plus positive, en raison du faible coût de la chaleur
  • le chauffage individuel au gaz naturel est un concurrent contre lequel les réseaux de chaleur ont du mal à lutter, car il bénéficie d’une meilleure image auprès des décideurs ; le lobby du gaz naturel est par ailleurs très puissant
  • les investissements à réaliser pour réhabiliter les réseaux existants sont très importants ; de tels travaux permettraient de réaliser des économies d’énergie et d’argent non négligeables

Principaux axes de développement pour les réseaux de chaleur en Croatie :

  • amélioration de l’efficacité énergétique
  • sécurisation de l’approvisionnement en réduisant la dépendance au gaz

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s