Quelques sources EnR&R exotiques pour les réseaux de chaleur/froid

Les réseaux de chaleur et de froid permettent d’accéder potentiellement à plus de sources d’énergie renouvelable et de récupération (EnR&R) que :

  • les systèmes individuels grâce à la mutualisation des moyens financiers et des besoins d’énergie
  • les systèmes nationaux (réseau de gaz et d’électricité) grâce à leur proximité au territoire et leur adaptation aux besoins d’énergie

Biomasse = bois-énergie ? Pas seulement…

Il y a aussi les noyaux de fruits

Plus de 2 ans après notre article Réseaux de chaleur, noyaux de fruits et crématoriums, où en sont ces réseaux mobilisant des sources exotiques ?

Rappel :

La commune de Cransac (1800 hab.) a signé en 2009 un contrat d’approvisionnement sur 6 ans avec l’usine Andros de Biars-sur-Cère située à 80km. L’industriel livre environ 300 tonnes (720m3) de noyaux de fruits par an, au tarif de 7€ la tonne. Le réseau de chaleur dessert un lotissement de 13 maisons, 8 appartements et plusieurs bâtiments publics. Coût de l’installation : 825000€ subventionné à 70% par ADEME, Région et Europe.

Le réseau de chaleur, inauguré en avril 2009, est toujours en fonctionnement en 2014.chaudière biomasse (noyaux de fruits) RdC Cransac La chaudière brûlant les noyaux de fruits (prunes, abricots, pêches) a une puissance de 500 kW.

brûleur chaudière noyaux de fruits Cransac
Source : site cransac-les-thermes.fr

La mairie et l’Office de tourisme de Cransac organisent des visites guidées du réseau de chaleur, comprenant notamment les visites de la chaufferie, de bâtiments desservis et de la noyauterie.

Et la paille

Source : consoglobe.com

Le réseau de chaleur de Pécs, ville de Hongrie à 20 km de Budapest, alimente 120 000 des 150 000 habitants de la ville en chaleur, à partir de…paille !

Centrale-thermique-Pécs-paille
Centrale thermique de Pécs, la plus grande d’Europe. Source : consoglobe.com

La centrale thermique, qui fonctionne en cogénération (donc fournie également de l’électricité), utilisait initialement 50% de bois et 50% de gaz. La paille est venue remplacée le gaz, stabilisant ainsi la facture aux usagers, diminuant les émissions de GES et augmentant l’indépendance énergétique de la Hongrie.

Paille-1
Bottes de paille. Source : consoglobe.com

Les bottes de paille rectangulaires de près de 400 kg sont positionnées sur 4 rampes mécaniques.

Dans un ballet cadencé, elles sont tractées les unes après les autres dans de longs tunnels. Après quoi, elles sont déchiquetées avant de tomber dans le foyer de la chaudière.

Grâce à son pouvoir calorifique supérieur, les 200 000 tonnes de pailles utilisées chaque année fournissent 60% de l’énergie alors que les 400 000 tonnes de bois en fournissent 40%. Cet important pouvoir calorique n’est encore que très peu connu, notamment en France.

Centrale-thermique-Pécs-paille-de-loin
Centrale thermique de Pécs. Source : consoglobe.com

450 agriculteurs, dans un rayon de 100 km autour de la ville de Pécs, peuvent ainsi valoriser leur production, certains ont même multiplié leur chiffre d’affaires par 10.

Energie de récupération = chaleur issue de l’incinération des déchets ? Pas seulement…

Il y a aussi les data-center

Plus de 2 ans après notre article Réseaux de chaleur, noyaux de fruits et crématoriums, où en sont ces réseaux mobilisant des sources exotiques ?

Rappel :

L’utilisation de la chaleur des data-centers se développe. En France, un important projet a été annoncé à Marne-la-Vallée. A Helsinki, l’opérateur télécom Academica, qui a installé ses équipements dans un abri aménagé sous la cathédrale d’Uspenski pendant la guerre, indique pouvoir fournir de la chaleur à 1 000 appartements. [source]

Les data-centers ne cessent de se développer.

140811_Carte des data centers dans le monde-datacentermap.com
Carte des data-centers dans le Monde. Source : http://www.datacentermap.com/

La récupération de la chaleur dégagée par les serveurs informatiques en réseau de chaleur (ou de froid) a un double avantage puisqu’elle permet :

  • d’augmenter la performance des data-centers
  • de chauffer et fournir en eau chaude les bâtiments alentours.

Le projet de Marne-la-Vallée est maintenant réalisé, depuis l’inauguration en 2012 du réseau de chaleur du Val d’Europe. Les retours d’expérience, issus de la présentation aux Assises EnR en milieu urbain d’Ile-de-France en 2013, sont les suivants :

Marne la vallée accueille 6 data-centers et 6 autres sont en projet : la récupération de l’énergie a donc un potentiel. Le réseau de chaleur du Val d’Europe est un réseau privé qui réalise un schéma directeur (schéma qui permet de planifier, en lien avec le territoire, les évolutions possibles et pertinentes du réseau sur 10-20 ans) du fait de la densité résidentielle insuffisante à court terme mais en développement important. Le schéma directeur permet ainsi de mobiliser les différents acteurs afin d’anticiper les évolutions possibles du réseau, en adéquation avec l’augmentation progressive de la demande en énergie du territoire. En effet, le retour d’expérience de ce réseau montre qu’il faut bien mettre en adéquation la quantité d’énergie récupérée avec le besoin. Le prix de la chaleur est de 80€/MWh. La récupération des data-centers est de 20 000 MWh.

Et les boues et station d’épuration

Le SIEL (Syndicat intercommunal d’énergies de la Loire) est un syndicat très novateur par rapport aux réseaux de chaleur : il est l’un des rares syndicats à avoir cette compétence (optionnelle). A la demande de collectivités il réalise ainsi des réseaux de chaleur (études et réalisation).

Par exemple celui à Saint-Chamond qui récupère la chaleur émise lors de l’incinération des boues de la station d’épuration (source : Energie2007.fr) :

L’incinérateur des boues a besoin d’être refroidi en permanence.

RdC-st-chamond-boues-schema-fonctionnement-simplifie
Source : Communiqué de presse du 9 décembre 2013

Un échangeur thermique, installé au niveau de l’incinérateur, permet ainsi de chauffer les bureaux de la station, et, à travers un réseau de chaleur, l’école Cézanne, l’Inspection Académique et les logements locatifs, soit un total de 4 750 m² chauffés. En moyenne 360 000 kWh sont récupérés chaque année et un appoint du réseau est réalisé par des chaudières gaz, installées dans l’école Cézanne, à hauteur de 20% environ.

RdC-st-chamond-boues-station-epuration
Source : Communiqué de presse du 9 décembre 2013

Cette énergie, issue de l’incinération des boues, n’est pas vendue mais donnée à St-Chamond par Saint-Etienne Métropole. L’investissement pour ce réseau de chaleur, de 350 000 € HT, doit être amorti en 12 ans, ce qui est un temps relativement faible pour un réseau de chaleur.

Autres exemples

Parmi les lauréats 2013 du Global district energy climate awards :

  • Climatisation par l’eau d’un lac : élimination du charbon dans le mix énergétique du réseau, grâce à la mise en place d’une cogénération et à un système de climatisation par l’eau d’un lac. Cornell University à Ithaca (New York, Etats-Unis)
  • Froid de l’eau de mer, data-centers, récupération de chaleur de bâtiments des usagers : fourniture de chaleur, froid et électricité pour 90% des bâtiments du centre d’Helsinki (équivalent de 800 000 résidents), en combinant de nombreuses sources renouvelables et de récupération (froid de l’eau de mer, récupération de chaleur de l’incinération de déchets, cogénération, énergie solaire, récupération de chaleur de data centers, récupération de chaleur de bâtiments des usagers). Helsingin Energia à Helsinki (Finlande)
  • Chaleur d’une usine de sel : extension d’une installation de récupération de chaleur à une usine de sel, permettant à la fois de réduire les besoins d’énergie fossile du réseau et de conforter l’usine en lui apportant un débouché économique pour sa chaleur fatale. Twence à Hengelo (Pays-Bas)

Voir également les autres exemples de sources exotiques sur notre article Réseaux de chaleur, noyaux de fruits et crématoriums.

Plus d’informations sur…

La climatisation renouvelable avec les réseaux de froids

Avec la chaleur de l’été, les problématiques liées à la consommation de chauffage dans les bâtiments semblent lointaines. Mais la climatisation devient également un problème grandissant. En 2009 celle-ci est responsable de l’émission de  2.5 millions de tonnes équivalent CO2 dans le secteur du bâtiment. Les dépenses énergétiques liées à la climatisation ne cessent de grandir (0.45 TWH en 2007).

Consommation électriques annuelles liées à l'usage de la climatisation en GWh (source: MEDDE)
Consommation électriques annuelles liées à l’usage de la climatisation en GWh (source: MEDDE)

La climatisation électrique classique a d’autres inconvénients:

  •  fluides frigorigènes nocifs
  • dégradation de l’esthétique des façades
  • bruits

Mais d’autres solutions sont possibles, notamment via les réseaux de froid. La France possède le plus grand réseau de froid d’Europe à Paris, celui-ci climatise notamment le musée du Louvre.

La ZAC Seguin-Rives de Seine bénéficie de l’un de ces réseaux de froid, ce quartier sera refroidi grâce à la seine!

Lire l’article d’Actu-Environnement sur le réseau de froid de la ZAC Seguin

Lire le rapport du Medde sur la climatisation en France

Aller sur le centre de ressource " réseaux de froid"

 

Colloque: Les Smart Grids énergétiques: laboratoire d’essais ou réalité? Quels leviers d’actions ?

L’ATEE Midi-Pyrénées, le pôle DERBI, MPI et l’ADEME organisent le colloque "Les Smart Grids énergétiques : laboratoires d’essais ou réalité ? Quels latee plaqeviers d’actions ?" .
Celui-ci se déroulera le 14 octobre 2014 à l’amphi Le Belvédère, 11 boulevard des Récollets, Toulouse (31).

 

Le smart Grid définit un réseau  intelligent, avec toutes ses composantes, qui a pour objectif de coordonner de la manière la plus efficace possible, la production, la distribution et la consommation d’énergie.

Quel que soit le vecteur énergétique – électricité, gaz, chaleur – des questions se posent:

- Comment prendre en compte le comportement de l’usager consommateur dans les démarches de smart grids?
– Quelles sont les  possibilités et contraintes de l’intégration des énergies renouvelables dans ces réseaux ?
– Comment assurer la complémentarité des réseaux pour passer du Smart Grid au Smart Network ?

A travers trois tables-rondes centrées sur ces interrogations et en s’appuyant sur des présentations de démonstrateurs en cours, des intervenants du monde économique, institutionnel et de la recherche échangeront afin de contribuer à la levée des problématiques des Smart Grids énergétiques.

Pour vous inscrire, cliquez ici

Łódź, 3ème ville de Pologne, modernise son réseau de chaleur

Source : Dossier "Pologne : une difficile transition énergétique" dans le magazine Energie Plus du 1er juillet 2014

En Pologne, le gouvernement privatise ses anciennes installations énergétiques, afin de permettre leur modernisation. A Łódź, un réseau de chaleur de 800km, alimenté par un complexe énergétique fonctionnant à partir de 3 centrales charbon (en cogénération) a ainsi été acquis par Dalkia.

chaufferie bois bellevue nantes (10) (Medium)Une des chaudières a été modifiée afin de pouvoir utiliser de la biomasse, réduisant ainsi les émissions de GES du réseau de 20%. La biomasse provient principalement de Pologne mais également de Biélorussie. 1400 tonnes sont brûlées chaque jour ; la matière première est acheminée par camion pour le moment, mais devrait à terme être transportée à 80% par le train. Des systèmes de filtrage des fumées permettent de capter 99,98 % des émissions de poussières.

Outre l’évolution du système de production, le réseau devrait faire l’objet de développements par de nouveaux raccordements ; il est ainsi prévu que plus de 2000 bâtiments supplémentaires, situés dans le centre-ville de Łódź, soient raccordés au réseau de chaleur avec le soutien de la municipalité.

 

Rendez-vous : Assises 2014 des énergies renouvelables en milieu urbain

Source : DRIEE (informations détaillées disponibles à partir de septembre)

140729_logo_assises_EnR_milieu_urbain

Jeudi 6 novembre 2014 après-midi

Dédié aux Collectivités et aux acteurs des énergies renouvelables en milieu urbain : réseau de chaleur, géothermie, biomasse, retours d’expériences.

Lieu :

Mutuelle Générale de l’Education Nationale (MGEN)
Grand Amphi – 3 square Max Hymans -
75748 PARIS cedex 15
Métro : Montparnasse – Bienvenüe

Programme et inscription :
Sur le site de la DRIEE dès septembre !

Assises de l’énergie – 27/29 janvier 2015 – Bordeaux

Organisées conjointement par la Communauté urbaine de Bordeaux, la Communauté urbaine de Dunkerque, la Communauté d’agglomération de Grenoble et l’ADEME, en collaboration avec Energy Cities, les Assises de l’énergie réunissent désormais sur 3 jours plus de 2 000 personnes. La 16ème édition aura lieu à Bordeaux les 27, 28 et 29 janvier 2015. Le public cible est composé d’élus, de responsables de collectivités locales, d’institutionnels, d’organismes privés et associatifs.

140729_logo_assises_energie_bordeaux

Appel à contribution

Que vous soyez élu, chercheur, technicien, financier, financeur, citoyen…, vous êtes un acteur incontournable de la transition énergétique ! C’est pourquoi, les organisateurs des Assises de l’énergie vous proposent de jouer un rôle privilégié dans cette 16e édition en mettant en valeur vos actions, en partageant les projets qui vous tiennent à cœur, en mettant en débat vos idées et les questions que vous vous posez.

Nouveauté 2015 – Le laboratoire de projet

C’est un nouvel espace d’expression qui vous permettra de consolider une idée et de rencontrer des partenaires potentiels.

ATTENTION – Ce format est réservé aux collectivités locales et aux petits porteurs de projets publics ou privés. Dans le formulaire de réponse à l’appel à contributions, vous devrez détailler le projet et vos questionnements.

Jusqu’au 26 septembre, faites part de vos suggestions sur le thème de "la transition énergétique : tous concernés, faisons-la ensemble !"

Soumettez en ligne votre proposition aux organisateurs des Assises nationales de l’énergie.

Pour en savoir plus sur l’appel à contribution, vous pouvez cliquer sur le mode d’emploi des 16 es Assises nationales de l’énergie (document pdf).

(source)

Solar District Heating – Newsletter de juillet 2014

L’équipe du projet européen Solar District Heating a publié sa newsletter de juillet 2014.

A lire : En Angleterre, un réseau de chaleur alimenté par l’énergie solaire à Chemnitz ; Autriche, première participation citoyenne à un projet solaire ; Montmelian et son futur écoquartier solaire gagne le 10ème prix européen de l’urbanisme et du plan régional ; un bâtiment chauffé par une surface solaire à Vallda Heberg en Suède, prometteur ; la 2nde conférence internationale de SDH : les réseaux de chaleur connectés au solaire thermique.

 Logo Newsletter SDH

  • Solar district heating for a Wilhelminian district in Chemnitz!

A new 2000 m² solar thermal plant connected to a district heating net planned for next year in Chemnitz, Germany.
Read more >

  • Great success for SOLID Invest: Kick-off for Austria’s first solar civic participation project

Unique Austrian Civic Participation Model for solar thermal plants has almost reached its limit of 1.5 Mio Euro Investments.
Read more >

  • Montmelian and its future solar ecodistrict win the 10th European Urban and regional Planning Awards

The jury of the 10th European Urban and regional Planning Awards, which focused on the theme of energy, announced its winners on 5 May 2014 in Brussels (Belgium). Four projects are rewarded equally. For France, the price was awarded to the solar neighborhood Triangle Sud in Montmelian.
Read more >

  • Solar heated building area in Vallda Heberg, Sweden, meets expectations
    An initial evaluation indicates that designed heat demands, as well as the overall system performance including expected solar contribution, are likely to be met.

Read more >

  • 2nd International SDH Conference: solar thermal connects to district heating Around 110 experts in solar thermal energy and district heating from 13 countries met at the 2nd International Solar District Heating Conference on 3 and 4 June 2014 in Hamburg to exchange experiences and discuss common strategies.

Read more >

 

Pour en savoir plus : www.solar-district-heating.eu

En Allemagne, les Stadtwerke se développent

Article complet à lire dans le magazine Energie Plus du 1er juillet 2014

Les Stadtwerke, ou régies communales allemandes, sont plusieurs centaines localisées aussi bien dans les grandes métropoles que dans les petites villes. Plus de 60 % des unités de production sont en cogénération.

Ces régies, aux montages financiers et structures administratives variées (SA, SARL, cotées en bourse…), sont contrôlées par les municipalités elles-mêmes. Outre la fourniture de services énergétiques d’intérêt local pour les habitants et entreprises, les Stadtwerke peuvent être des sources de revenus pour les communes, en particulier via les bénéfices sur l’électricité dont le prix est fixé par la bourse de Leipzig.

Ces structures sont une illustration du développement de la décentralisation énergétique en Allemagne. Leur proximité aux territoires permet une réactivité et une flexibilité accrue, une plus forte présence dans l’économie locale, une meilleure acceptabilité sociale, et une réduction des investissements et pertes liés aux réseaux de transport d’énergie, les productions étant réalisées au plus proche des territoires desservis.

L’exemple de Francfort : la Stadtwerk Mainova AG

mainova

L’histoire commence il y a environ 2 siècles : en 1828 est créée dans la région de Francfort une unité de production de gaz de houille. En 1880 apparaissent les premiers réseaux de distribution électrique de Francfort, puis en 1927, un réseau de chaleur est mis en place. Créée en 1998, la Stadtwek Mainova AG est le résultat de la fusion des entités gestionnaires de ces différents équipements et de leur héritage local.

Contrôlée à 75 % par la municipalité, 2800 personnes y sont employées en 2013. Dans un rayon de 100 km, elle fournit l’électricité et le gaz pour les particuliers ; sur Francfort même, elle apporte également eau et chaleur.

La production en propre de Mainova peut atteindre 460 MW ; lors des pointes, les besoins peuvent atteindre 800 MW, amenant Mainova à acheter la différence auprès d’autres fournisseurs.

Près de 7500 km de réseau  de distribution d’électricité (568000 personnes desservies), 4400 km de réseau de gaz (365000 personnes desservis) et 265km de réseau de chaleur sont ainsi exploités par la régie.

Malgré une concurrence vive sur Francfort (160 fournisseurs et 110 de gaz au choix), Mainova poursuite sa croissance. Elle offre des services dans toute l’Allemagne et dans d’autres régies, par exemple un réseau de froid et de chaleur à l’aéroport.

4th Global District Energy Climate Awards – 2015 – European Ceremony

Ce trophée est reconduit pour la quatrième fois. Il récompense les travaux de recherche, les systèmes innovants, sur les réseaux de chaleurs et/ou de froid. 5 catégories sont récompensées :

  • New sheme
  • Modernization
  • Expansion
  • Emerging market
  • Special Award

La participation est à remettre le 15 janvier 2015 au plus tard.

Pour plus d’informations et éventuellement participer, cliquez ici.

Réseaux de chaleur et quartiers anciens : quelle problématique ?

La question du développement des réseaux de chaleur dans les quartiers neufs a été fortement mise en avant ces dernières années, certainement portée par l’attention accordée à des thématiques telles que les écoquartiers ou la réglementation thermique 2012.

Illustration IEA EBC - source buildup - batiments conso energiePour autant, lorsqu’on regarde les enjeux sur le plan quantitatif (consommations d’énergie, émissions de gaz à effet de serre), il apparaît de façon évidente que la seule attention accordée aux quartiers neufs est loin d’être suffisante pour atteindre les objectifs de transition énergétique aux horizons 2020, 2030 ou même 2050. La ville se renouvelle en effet très lentement, de l’ordre de 1% par an.

Autrement dit, pour des effets significatifs sur la consommation énergétique des villes françaises de 2050, dont le tissu urbain et bâti est déjà construit aujourd’hui à près de 70%, il est indispensable de mener des actions également sur les quartiers anciens.

Comme pour le neuf, ces actions doivent porter de façon conjointe sur la réduction des consommations et sur l’augmentation de la part des énergies renouvelables et de récupération. Sur ce deuxième axe, les réseaux de chaleur ont un rôle important à jouer car ils sont souvent, en particulier en tissu urbain dense, la seule solution qui permette de convertir massivement des bâtiments à ces énergies (voir Enjeux du développement des réseaux de chaleur).

Le réseau Centre-Loire de Nantes - Tracé prévu pour 2017
Le réseau Centre-Loire de Nantes se développe fortement entre 2012 et 2017, essentiellement sur des quartiers déjà urbanisés.

En Ile-de-France, le SRCAE prévoit la densification et le développement des réseaux de chaleur, en tant que première mesure de développement des EnR dans les zones qui sont déjà urbanisées.

Les questions techniques, économiques, juridiques et de gouvernance que pose le développement des réseaux de chaleur en quartiers existants sont sensiblement différentes de celles qui se posent pour le neuf.

En voici quelques unes, issues des premières réflexions du pôle Réseaux de Chaleur du Cerema sur ce sujet, et de quelques échanges avec des collectivités, notamment Nantes Métropole dont le projet de développement du réseau Centre-Loire amène à créer plus de 60 km supplémentaire de réseau en 5 ans, essentiellement pour desservir des quartiers existants.

Définir le périmètre et le tracé du réseau dans les zones urbanisées

  • Comment choisir le périmètre cible : y a t-il des quartiers qu’il faut impérativement couvrir, d’autres à éviter ?
  • Quels critères de choix ? Potentiel de consommation de chaleur des bâtiments, facilité de réalisation des travaux d’extension…
  • Quelles sources de données géographiques sont disponibles pour évaluer ces critères ? Données de consommation des bâtiments, données de compatibilité technique (mode de distribution de chaleur dans les bâtiments…), données relatives à l’encombrement du domaine public routier…
  • Comment choisir le meilleur tracé pour couvrir le périmètre ciblé ? Y a t-il des rues à éviter (sous-sol encombré, voirie très récente…), des points à raccorder impérativement (bâtiments importants : logements collectifs, bâtiments publics…) ?
  • Comment se répartissent les rôles entre la collectivité et le délégataire (si DSP) ? Quelle utilisation du contrat de DSP pour orienter la couverture des zones urbanisées ?
  • Etc.

Faciliter le déploiement du réseau de distribution

  • Comment réduire le coût et la gêne occasionnée par les travaux de tranchées ?
  • Comment insérer le réseau de chaleur dans le dispositif de coordination des travaux de voirie ? Quelle circulation des informations entre le délégataire et la collectivité ? Quelles interfaces entre les différents services de la collectivité (énergie, voirie, circulation, réseaux d’eau…) ?
  • Quels supports d’information pour partager une vision commune ? Existe t-il un planning de déploiement du réseau (zonage + calendrier) ? Quelle connaissance des réseaux souterrains dans le SIG de la collectivité ?
  • Quelles possibilités de mutualisation des travaux avec d’autres réseaux ? Quelles contraintes techniques (distances inter-canalisations), quelles compatibilités techniques, quelle pertinence économique à partager la tranchée ?
  • Etc.

Au niveau des bâtiments : quels gains, quels contraintes ?

  • Quels bâtiments sont à cibler en priorité pour les propositions de raccordement ? Comment convaincre les propriétaires, quels éléments de comparaison avec leur mode de chauffage actuel, que gagnent-ils et que perdent-ils en se raccordant au réseau de chaleur ?
  • Où installer les sous-stations : domaine public ? Domaine privé ? En surface ? Enterrées ? Dans locaux existants ? A créer ?
  • Quel poids des arguments techniques sur le faible impact architectural/encombrement de la sous-station (par rapport à des chaudières ou des équipements EnR décentralisés) ? Quels effets de la valeur paysagère/architecturale du quartier ? Quel impact de la valeur du m² de surface dans/sur le bâtiment ? Ces questions semblent également importantes pour les réseaux de froid (fort impact visuel et architectural des systèmes de climatisation décentralisés).
  • Quelle est la perception générale des réseaux de chaleur par les gestionnaires ou occupants des bâtiments ? Quelle variabilité selon les profils (bailleurs sociaux, copropriétés privées, collectivités territoriales, bâtiments de l’État…) ?
  • Le développement du réseau amène t-il des changements tarifaires pour les bâtiments déjà raccordés ? Comment les expliquer et les accompagner ?
  • Utilisation ou non de l’outil "classement" pour améliorer le taux de raccordement (mise en place d’une obligation pour les bâtiments qui se rénovent, s’étendent ou changent de chaudière) ?
  • Quels dispositifs d’information et d’accompagnement auprès des habitants ?
  • Etc.

Ces questions sont bien sûr à compléter et préciser.

Elles pourront faire l’objet de travaux du pôle Réseaux de Chaleur du Cerema dans le cadre de ses prochaines actions.

Dans l’intervalle, n’hésitez pas, si votre territoire est concerné par la problématique du développement d’un réseau de chaleur (ou de froid) sur des secteurs déjà urbanisés, à faire connaître vos expériences, vos questionnements, vos initiatives : reseaux-chaleur@cerema.fr ou commentaire libre ci-dessous.

Voir aussi…

Actualités sur les réseaux de chaleur, réseaux de froid et énergies renouvelables, en lien avec la planification et l'aménagement des territoires

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 474 autres abonnés